Casse-tête des présents de fin d’année

Décembre ! Des centaines de personnes dans les magasins à la recherche de cadeaux... Des idées de cadeaux, ce n’est pas facile à trouver !

L'un a déjà tout ce dont il a besoin et je ne sais jamais quoi offrir à l'autre. En plus, à Noël, nous recevons toujours des cadeaux inutiles que nous devons toujours aller les changer en janvier. Voilà qui démontre que l’objet en soi compte souvent moins que le geste d’offrir et l’instant de surprise.

Mais le cadeau s’inscrit aussi dans une relation de dons et de contre-dons où s’entrecoupent des questions de valeur et de pouvoir. Il est des situations où offrir peut aussi apparaître comme une manière d’exercer son pouvoir, d'attendre en retour une forme d’amour ou d’attention.

Il engage non seulement celui qui donne mais aussi celui qui reçoit. Dans ces conditions, trouver le cadeau idéal peut s’avérer un vrai défi, et feindre sa joie tournera au supplice pour le ou la destinataire.

D’où le casse-tête des présents de fin d’année. Cela dit, la majorité d’entre nous afflue vers les boutiques animée des meilleures intentions et ne cherchant à manifester à son entourage qu’affection et amitié.

Les fêtes de fin d’année ne sont-elles pas une occasion de dire à l’autre qu’il n’est pas seul ?

Commentaires

  • Fêter "Bonnes fêtes" en entreprise à Genève: que la langue de bois soit de vigueur.
    Tandis que des licenciement de masse sont en cours,
    Tandis que de gros sous-traitants de l'Etat sont en train de licencier leurs salariés Suisses/cadres RH inclus - au lieu de les augmenter.
    Ce qui est en cours sont des licenciements-de masse au sein de ces sous-traitants, étrangers, dépendants de l'Etat, histoire d'engager du personnel au salaire min nouvellement voté.

    Faut-il vraiment vous dire, à la place de ces ronfleurs de salariés d'UNIA & SSP, de quelles entreprises il s'agit, ayant lancé pour fin 2021 le licenciement systématique d'une masse de leurs salariés, engagés depuis +4 ans (y incl. RH),

    grosses boîtes dépendantes de l'Etat, qui sont en train de virer pour la fin 2021 leurs salariés ayant bossé plein pot, bien que payés sous régime RHT, soit 80% de leur salaire, durant ces 2 ans de service-Covid.
    Aucun syndicat de branche pour défendre ces gens (d'aiileurs, le rep SSP fut licencié).

    C'est assez explicite, ou faut retraduire?

  • Fêter "Bonnes fêtes" en entreprise à Genève: que la langue de bois soit de vigueur.
    Tandis que des licenciement de masse sont en cours,
    Tandis que de gros sous-traitants de l'Etat sont en train de licencier leurs salariés Suisses/cadres RH inclus - au lieu de les augmenter.
    Ce qui est en cours sont des licenciements-de masse au sein de ces sous-traitants, étrangers, dépendants de l'Etat, histoire d'engager du personnel au salaire min nouvellement voté.

    Faut-il vraiment vous dire, à la place de ces ronfleurs de salariés d'UNIA & SSP, de quelles entreprises il s'agit, ayant lancé pour fin 2021 le licenciement systématique d'une masse de leurs salariés, engagés depuis +4 ans (y incl. RH),

    grosses boîtes dépendantes de l'Etat, qui sont en train de virer pour la fin 2021 leurs salariés ayant bossé plein pot, bien que payés sous régime RHT, soit 80% de leur salaire, durant ces 2 ans de service-Covid.
    Aucun syndicat de branche pour défendre ces gens (d'aiileurs, le rep SSP fut licencié).

    C'est assez explicite, ou faut retraduire?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel