Violence à l’école, c’est aussi la rentrée !

Dans un grand concert quasi consensuel, l’école semble submergée par la violence.
 
Cette violence ne concerne guère les enseignants qui doivent surtout faire face à des manifestations de rébellion.
On ne s’étripe pas encore dans toutes les cours de récréation. Ce n’est pas en termes de crimes et délits qu’il faut penser la violence scolaire.
 
Mais, il faut prendre au sérieux les formes moins spectaculaires de violence que sont les « incivilités » car elles témoignent en certains lieux d’une désorganisation du monde scolaire.
 
Ce qui empoisonne la vie de certains enseignants, ce sont bien plutôt les injures, les regards provocateurs, le bavardage incessant, le « je-m’en-foutisme », soit les diverses formes de non-respect de leur autorité et de dénigrement de leur fonction.
 
C’est le durcissement d’un phénomène qui n’est cependant pas nouveau : le «chahut », mais la véritable violence est celle des élèves entre eux.

Commentaires

  • L'encouragement du communautarisme sous biais de lutte contre une pseudo discrimination divise les populations en "tribus" qui vivent les une contre les autres. Les écoliers reflètent ce mouvement "tribal".
    Le multiculturalisme versus communautarisme engendre automatiquement la violence : pays vs pays, couleur vs couleur, religion vs religion, ....

    Tant que réduire la discrimination = communautariser, la violence augmentera. Je n'oublierai jamais la violence LGBT contre une humoriste, c'est symbolique.
    L'école reflète le milieu familial notamment son inadaptation social.

  • J'admire toujours la pertinence des commentaires de motus. Alors petit message pour lui : pourquoi ne pas ouvrir un blog et nous faire part de vos opinions toujours si sensées dans un espace qui vous serait propre ? Ce serait un plaisir de vous lire...

  • Rien de plus déprimant que de voir un film ou un feuilleton américain qui se passe dans une High School, avec ses jeunes filles soumises aux cadors du foot et quelques "intellectuels" à lunettes en bute aux humiliations de ces brutes.
    Pourvu que nos écoles continuent à échapper pendant quelque temps encore à cette inculture. Pour l'instant elle n'a fait qu'importer quelques cérémonies d'ouverture de divertissements par des jeunes gens aux épaules en plastique.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel