L’ère de "l’intelligence ambiante"

D’abord un traçage dans l’espace par le développement des systèmes de biométrie, de vidéosurveillance ou de géo-localisation. Ensuite, un traçage dans le temps que permettent les moteurs de recherche ou les réseaux sociaux sur internet.

Le premier met en cause la liberté d’aller et venir à son gré, le second la liberté de pensée et d’expression. Par exemple, des déclarations exhumées dans des moteurs de recherche peuvent nous obliger de justifier à 40 ans ce que vous avez dit à 20 ans.

Nous vivons actuellement une nouvelle phase dans le développement de la société de l’information avec l’apparition des technologies de "l’intelligence ambiante". Une matérialisation dans le domaine sociopolitique par le passage d’une "société contrôlée" à une "société surveillée".

Au seuil de l’ère de "l’intelligence ambiante", le droit à l’autodétermination informationnelle est un instrument qui vise à favoriser les potentialités spécifiques mais changeantes des individus qui sont, à la fois dans le temps et dans l’espace, nécessaire, pour soutenir une démocratie vivante.

Inscrire un nouveau droit constitutionnel sur le droit à " l'autodétermination informationnelle ", soit le droit pour chaque individu de décider lui-même de l'utilisation des informations le concernant se pose donc impérativement.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel