13/04/2017

L’autodétermination, un concept clé !

C’est le « pouvoir de l’individu de décider lui-même, sur base du concept d’autodétermination, quand et dans quelle mesure toute information relevant de sa vie privée peut être communiquée à autrui ».

Lire la suite

11/10/2013

Trop souvent quand nous parlons de transparence politique nous nous fixons sur le mode de financement des partis politique. Ce n’est pas suffisant !

Les véritables enjeux autour de la transparence politique et de la démocratie nous obligent à aller les chercher du coté des engagements des  parlementaires au moment des votes et des prises de paroles pendant les débats.

Si certains parlements, notamment le Conseil National ont imposé le vote nominal sur l’ensemble des sujets, encore trop peux de parlements cantonaux ont adopté ce modèle de  vote.

Aujourd’hui notre société exige plus !

La technologie offre la possibilité à tout citoyen, de retrouver les  interventions des parlementaires par thème et ainsi connaitre les prises de positions et les votes.

C’est la seule condition pour restaurer la confiance du citoyen envers la Politique.

Un outil existe !

http://www.idiap.ch/webapps/webgrandconseil/

 

22/09/2013

La transparence politique n’est plus une « Chimère »

 

Trop souvent quand nous parlons de transparence politique nous nous fixons sur le mode de financement des partis politique.

Ce n’est pas suffisant !

Les véritables enjeux, autour de la transparence politique et de la démocratie, nous obligent à aller la chercher du coté des engagements des  parlementaires au moment des votes et des prise de paroles pendant les débats.

Si certains parlement, notamment le Conseil National ont imposé le vote nominal sur l’ensemble des sujets, encore trop peux de parlement ont adopté ce modèle de  vote.

 

 

Aujourd’hui notre société exige plus !

 

 

La technologie offre  la possibilité à chaque citoyen de retrouver chaque intervention sur chaque thème et ainsi connaitre les prises de portions, les votes de chaque parlementaire.

C’est la seule condition pour restaurer la confiance du citoyen envers la Politique.

Un outil existe.

A découvrir dans l’émission "TTC" du lundi 23 septembre 2013 sur RTS un

07/06/2013

Du savoir à la connaissance…

Droit à l'autodétermination informationnelle, l'accès libre à la connaissance, à la culture, préservation de la sphère privée doivent être les fondements de la société de la connaissance qui nous attend.

Fondements sur lesquelles doit se développer une société démocratique socialement juste et libre.

Au sein de la révolution numérique actuelle, qui influe sur tous les domaines de notre vie, de nombreuses atteintes sont portées à la dignité et aux libertés des personnes et les problématiques liées évoluent à une telle vitesse que nous sommes tous dépassés

A l'heure actuelle, les cris qui les dénoncent ne sont guère que des chuchotements.

L'universalisation de la connaissance et de la culture à travers leur numérisation et leur mise en réseau met à l'épreuve l'ensemble nos constructions juridiques, économiques et sociales.

 

Malheureusement, face à ces défis, les réponses apportées par nos autorités favorisent l'émergence de sociétés totalitaires, basées sur une surveillance accrues des citoyens.

16/02/2013

Marketing politique : zapping activiste

 


PRESIDENTIELLES.jpg Le « slacktivisme », contraction entre le mot anglais « slacker » (paresseux, désengagé) et activisme, illustre bien cet activisme en ligne.


Il suggère un militantisme effectué depuis son divan, en rejoignant d'un simple click diverses causes.


Ce zapping activiste peut se faire de n'importe où de manière distante (smartphone, tablette, etc).


Ce consumérisme politique peut aussi être lié à diverses formes d'activisme davantage structurés et durables que l'on peut comparer aux pratiques collaboratives de « crowdsourcing » (approvisionnement par la foule), propres au marketing qui s'inscrit dans un projet participatif.


Cet activisme « Peer-to-Peer » (P2P) décentralisée à l'œuvre dans les réseaux sociaux implique la constitution de structures changeantes, adaptées aux différentes phases de construction d'un projet.


Le résultat de cette agrégation massive d'engagements individuels peut ainsi aboutir à la mise en place de comités de vigilance (watchdog committees), et à l'émergence de mouvements citoyens politisés.


 


Sources : les Essentiels (Hermès CNRS), Marketing politique (Studyrama), The News Media and Democracy (Macmillan), Political Marketing as Campaign Stategy (SAGE Publications).

14/09/2009

Grand Conseil 2009 : l’essentiel pour conduire sa campagne en ligne

La campagne en ligne : pourquoi c’est important

Une majorité des Genevois vit, travaille ou apprend au contact de l’ordinateur.

Près de 7 salariés sur 10 travaillent sur ordinateur. 4 Genevois sur 5 utilisent l’Internet, 70 % des internautes se connectent tous les jours. Un tiers des internautes consulte un blog chaque semaine.

 

Communiquer, dialoguer avec les électeurs

Le blog ou site met à la disposition des citoyens les informations de base sur le candidat et ses projets.

Les différents modes de dialogue sur le blog (commentaires, formulaires), la newsletter et la réponse au courrier permettent au candidat d’établir un contact personnel.

On touche ici a l’une des spécificités d’internet comme média : la possibilité de s’adresser directement a chacun, sans passer par le filtre des médias (presse, radio, télévision).

L’ouverture du blog ou site peut être un évènement dans la campagne.

 

Ce qu’on doit trouver sur le blog de campagne

Le blog est aussi votre image. Sa mise à jour doit très régulière et immédiatement visible du nouveau visiteur comme de l’habitué.

 

Faire connaître le blog et son URL

L’URL du blog de campagne comme l’adresse électronique de l’équipe de campagne doit figurer sur tous les tracts, bulletins et documents de campagne.

08/09/2009

Groupes de soutien « FaceBook » pour le Grand Conseil

Plusieurs candidats au Grand Conseil ont ouvert soit un groupe de soutien, soit un fan-club afin de « grappiller » ces quelques voix qui feront la différence.

Après une lecture attentive de ces divers groupes et des personnes qui les composent, je ne peux m’empêcher de partager avec vous un bien triste constat.

Aucun candidat « vert » ne soutien une candidature d’une autre couleur !

La direction du parti écologique serait-elle devenue « stalinienne » ?