18/04/2010

Un député, ça rapporte combien ?

grand conseil 2.jpg Avant de connaitre les coûts politiques d’une députation… je vous propose comme « mise-en-bouche », de découvrir ce qu’a rapporté chaque député à son parti, pendant la 56ème législature…

Lire la suite

23/03/2010

Baromètre 2010 « Baromètre romand du développement durable »

dd.jpg Le « Baromètre romand du développement durable » est le résultat de la première étude de marché quantitative et qualitative sur le comportement, les attentes et la compréhension des Romands en matière de développement durable. L’objectif est d'offrir un panorama exhaustif et représentatif des sensibilités et tendances en la matière et en termes de consommation.

Cette première étude - réalisée auprès de 1000 individus représentatifs de la population suisse - a permis de confirmer que la population peut être divisée à 50% entre les acquis en matière de DD et les non acquis à la thématique du DD.

Le baromètre romand du développement durable c’est :

  • 12 profils type permettant de classifier les Romands selon leurs comportements, leurs habitudes, leurs attentes et leurs compréhensions de la notion de développement durable au quotidien
  • Le regard et l’expertise d’un « pool » de compétence unique entre une association, une haute école de gestion et une société d’intelligence marketing
  • Les grandes tendances romandes en termes de consommation responsable et d’engagement pour le développement durable

 

Téléchargez l’étude ci-dessous :

http://www.swisstainability.org/telecharger-etude/

 

21/03/2010

Culture : les députés ont gouté au billard à 3 bandes !

billard.jpg Lors de la séance du Grand conseil en date du 19 mars, les députés regardaient le puck, et ne l’ont pas vu venir. Sans doute à cause de l’heure tardive des débats.

Entre la résolution 586 : « pour une politique culturelle genevoise durable et ouverte sur son temps » que les socialistes refusent et la pétition 1662-A : « donnons des espaces à la culture » que l’entente (sans le PDC), le MCG et l’UDC renvoient au Conseil administratif de la Ville de Genève, les députés se sont essayés au billard à trois bandes entre Confédération, Canton et Ville…

C’était une occasion unique de prendre la main sur la politique culturelle au delà du clivage droite/gauche, et de donner un signal fort à la jeunesse genevoise, aux acteurs culturels et de promouvoir un véritable partenariat entre le « public » et le « privé ».

Dommage que la culture reste l’otage d’une dichotomie ancestrale !

07/03/2010

Loi sur l’énergie : Genève-Ville dit NON !

rénovation écologique.jpg En ville de Genève, seul les quartiers de Rive, Florissant/Malagnou et Champel acceptent la novelle loi.

Au niveau du canton les communes de Corsier, Anières, Collonge-Bellerive , Vésenaz, Cologny et Vandoeuvres acceptent la loi avec un taux supérieur à 69%

Tandis que les communes suburbaines refusent la loi ; Carouge, Grand-Lancy ,Onex, Lancy, Vernier, Meyrin

01/03/2010

Votation populaire du dimanche 7 mars 2010 : horaires de publication des résultats

Sur la base des dépouillements anticipés des votes par correspondance et par Internet, les résultats partiels globaux portant sur environ 95% des votants seront disponibles à 12h15.

Dès 12h00, les locaux dépouilleront les bulletins déposés dans l'urne le dimanche matin, soit environ les 5% restants. Les résultats provisoires seront annoncés à la chancellerie, qui les diffusera avec la ventilation par local de vote.

12h00 : Fermeture des locaux de vote, ouverture de la permanence chancellerie ;

12h15 : Résultats partiels globaux, portant sur 95% des votants, affichés dans les lieux suivants :

- Salle des Pas-Perdus (presse, partis et public) ;

- Cour de l'Hôtel de Ville (public) ;

- Salle Moïse-Ducommun (presse, via Internet) ;

Dès 12h30 : Premiers résultats provisoires des locaux ;

Dès 14h00 : Résultats provisoires complets pour Genève et résultats d'un tiers des cantons ;

 

 

12/02/2010

Résolution "120 jours": les absents étaient sur les bancs de l’entente (PDC) et de l'UDC

Lors de la votation sur la résolution demandant au Conseil d’Etat de solliciter « sans délais l’augmentation de 400 à 520 jours la durée de l’indemnisation de l’assurance chômage » les absents étaient des députés de l’entente et de l’UDC

PDC : Serge Dal Busco, UDC : Antoine Bertchy

Sur les bancs des supporters de la résolution tous les députés étaient présents.

Résultat : 49 pour (PS, Verts et MCG) / 48 contre (Libéral, PDC, Radicaux et UDC)

 

 

07/02/2010

Grand Conseil du 29 janvier : la politesse se perd !

politesse.jpg

Si la ponctualité est la politesse des rois, nos élus manquent singulièrement de savoir-vivre !

A l’ouverture de la séance du 29 janvier, seulement 42 députés sur 100 étaient présent.

Selon la répartition suivante par parti :

PDC : 2/11, soit 18%, Libéral : 4/20, soit 20%, Socialiste : 5/15, soit 33%, MCG : 9/17, soit 53%, Vert : 9/17, soit 53%, UDC : 5/9,soit 56% et Radical : 8/11, soit 73%.

A bon entendeur !

02/02/2010

Les jetons de présence des députés sont-ils justifiés ?

A la lecture des présences aux différents votes lors de la session du Grand Conseil du jeudi 28 janvier, il me semble bien que non.

Seulement 22 députés ont voté sur l’ensemble des propositions misent aux voix.

Et les députés Antoine Bertschy, Pascal Pétroz et Marie-Thérèse Engelberts n’ont même pas participé à la moitié des votes !

Les jetons de présence ne devraient-ils pas être versés au prorata des présences lors des votes ?

27/01/2010

Les recettes, financières, d’un parti politique

argent.jpg Pour un parti politique ayant des élus, la répartition des rescousses financières suit la règle des «50/50».

Pour moitiés, les recettes financières proviennent des membres et des sympathisants à travers les cotisations et les dons.

Les autres 50% sont les contributions des élus par le versement d’une quotepart de leurs jetons de présence, tant au Grand Conseil, que dans les divers conseils d’administrations d’entreprises publiques, parapubliques ou des conseil des commissions extraparlementaires

Pour un parti en création, seul peut être pris en compte les cotisations des membres et les dons généreux de sponsors, particuliers ou institutionnels.

25/01/2010

Combien coûte un parti politique ?

franc suisses.jpg

Au minimum, 300'000.- par an pour un parti avec des ambitions cantonales.

Toutefois, il faut investir en tout cas sur 4 ans, soit 1'200'000.- par législature, si l’on veut avoir une chance d’élire des candidats.

Démonstration :

Locaux : 100m2 à 300.- soit 30'000.-/an.

Personnel : 1 secrétaire central ; 120'000.-/an.

1 secrétaire administratif ; 75'000.-/an.

Campagnes électorales : 60'000.-/an, soit 240'000 pour une élection au Grand Conseil.

Actions promotionnelles : 15'000.-/an.

Voilà… c’est un total de 300'000.-

Et bien sur, j’oublie les charges inhérentes aux diverses sections communales.

On peut ajouter 20'000.-/an par section !

24/01/2010

En politique 1+1 ne font pas 2

Conseil national.jpg

Pour preuve lors des élections nationales de 2007, si le parti radical et le parti libéral avaient fait liste communes, ils n’auraient pas obtenu 3 conseillers nationaux, mais seulement 2.

Le calcul :

PRD = 7.7%, PLS = 14.8%; soit 22.5% pour le PLR.

Il aurait fait jeu égal avec l’UDC qui avec 21.5% des suffrages obtient 2 sièges.

Si par le calcul des apparentements la liste PLR avait décroché 3 sièges, ils auraient été attribué à des candidats issus de la frange libérale du PLR ; à savoir : Martine Brunschwig Graf avec 35’105 voix, Christian Lüscher avec 31’922 voix et Pierre Weiss avec 30’190 voix. Le premier radical, Hugues Hiltpold, arrive en 6ème position avec seulement 10’567 voix.

16/01/2010

Fusion radicale/libérale : l’analyse de SmartVote

Smartvote a analysé les réponses des candidats radicaux et libéraux à l’élection pour le Grand Conseil d’octobre 2009.

59 questions, abordant des thèmes relatifs à la politique sociale, la politique des migrations, la politique fiscale et des finances, la science et la formation, la société et l’éthique, la politique économique, les institutions et les droits populaires, la politique environnementale, énergétique et des transports , la justice, la police et l’armée, les dépenses, ainsi que la politique étrangère et l’économie extérieure.

Résultat : seulement 35 réponses communes, soit 59% des réponses, et pas 90% d’une vision politique partagée comme l’affirme l’appareil politique de chaque parti.

 

Diagramme radical:                        Diagramme libéral:

smartspider Radicaux.png

smartspider Libéraux.png

 

 

 

 

 

 

 

 


08/01/2010

La démocratie n'a pas de prix mais a un coût ; celui de la transparence

loupe.jpg

Impossible de connaitre de taux de présence de nos députés lors des séances plénières, encore moins dans les commissions. Impossible de connaitre leurs votes.

L'ambition de VoteWatch est de donner à chaque citoyen genevois, la possibilité de juger sur pièces l'activité des députés.

VoteWatch c'est fixé pour objectif de fournir des éléments concrets de comparaison entre nos députés.

Pour qu'une démocratie reste vivante, ses citoyens doivent rester éveillés.

N'hésitez pas à soutenir l'action de VoteWatch en faisant un don : L'Esprit de Genève CCP 17-790237-1 mention VoteWatch

 

 

06/11/2009

Grand Conseil : 2 minutes 30 par sujet !

La 57ème législature a débuté !

Au regard du succès d’estime (+5'500 pages lues) rencontré par ce blog pendant la campagne au Grand Conseil, j’ai décidé d’offrir sur cette plate-forme, la possibilité à chaque habitant d’avoir une transparence et une clarté sur le vote de chaque député.

L’ordre du jour comporte 155 points qu’il faudra traiter à un rythme de 2 minutes 30 par sujet…

Est-ce bien raisonnable ?

19/10/2009

Course au Conseil d’Etat: la réalité des chiffres

Au regard des résultats obtenus par chaque candidat au CE, membres des « blocs » en présence lors de l’élection au Grand Conseil:

Entente : 59’968 suffrages, soit 36.83%. Alternative : 62'637 suffrages, soit 38.47%.

L’élection semble être pliée, mais en regard des résultats individuels, un second tour pourrait avoir lieu :

David Hiler         20’585 suffrages, soit  12.64%

Mark Muller        16’648 suffrages, soit 10.23%

Isabel Rochat    15’491 suffrages, soit  9.51%

Michèle Künzler 15'166 suffrages, soit 9.31%

Eric Stauffer       14'877 suffrages, soit 9.14%

Mauro Poggia    14'837 suffrages, soit 9.11%

François Longchamp 14'163 suffrages, soit 8.70%

Charles Beer     13'872 suffrages, soit 8.52%

Pierre-François Unger 13'666 suffrages, soit 8.39%

Véronique Pürro  13'014 suffrages, soit 7.99%

16/10/2009

CE : déjà 14 candidats déclarés, peut-être encore un ou deux, devons-nous préparer un second tour ?

15/10/2009

La respectabilité du MCG passera-t-elle par une condamnation sans équivoque de l’initiative « anti-minarets » et un engagement fort pour la combattre ?

14/10/2009

De l‘importance du «vote compact » 2009 vs 2005

Lors des élections au Grand Conseil de 2009, 62% des sièges sont la résultante d’un vote de liste compacte. Seulement 59% en 2005 (+3 points).

Les plus disciplinés sont naturellement les électeurs MCG avec un taux de 79%, + 12 points, ce qui a assuré 13 sièges (67% et 6 sièges en 2005).

Puis l’UDC avec un rapport de 71%, - 8 points pour 6 sièges (79% et 8 sièges en 2005),

Suivi par les Verts ; 61%, + 5 points pour 10 sièges (56% et 9 sièges en 2005),

les libéraux ; 58%, + 1 point pour 12 sièges (57% et 13 sièges en 2005),

les PDC ; 56%, + 6 points pour 6 sièges (50% et 6 sièges en 2005), ils cèdent la place du parti le moins discipliné aux…

 Radicaux ; 54%, - 4 points pour 6 sièges (58% et 7 sièges en 2005).

Pourquoi les candidats munis d’un patronyme à consonance arabe sont les plus biffés, toutes listes confondues ?

13/10/2009

Le dilemme des socialistes

pari socilaite.jpg

Leur crise, les socialistes la doivent en grande partie au faite qu’ils adoptèrent dans les années 90 des positions néolibérales et renoncèrent à leur propre identité, sans offrir en contre –partie une véritable alternative à leurs électorats de base (classes moyenne et populaire).

Le parti socialiste est enfermé dans ce mode de dilemme tragique : ou il invente un nouveau programme, ou il continuera à s’effriter.

Le parti socialiste sera-t-il encore capable d’identifier de véritables leaders ?

Cette incapacité peut engendrer l’apathie des clases populaires, la désorientation de la classe moyenne et augmenter l’absentéisme.

 

14:39 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)