24/01/2010

En politique 1+1 ne font pas 2

Conseil national.jpg

Pour preuve lors des élections nationales de 2007, si le parti radical et le parti libéral avaient fait liste communes, ils n’auraient pas obtenu 3 conseillers nationaux, mais seulement 2.

Le calcul :

PRD = 7.7%, PLS = 14.8%; soit 22.5% pour le PLR.

Il aurait fait jeu égal avec l’UDC qui avec 21.5% des suffrages obtient 2 sièges.

Si par le calcul des apparentements la liste PLR avait décroché 3 sièges, ils auraient été attribué à des candidats issus de la frange libérale du PLR ; à savoir : Martine Brunschwig Graf avec 35’105 voix, Christian Lüscher avec 31’922 voix et Pierre Weiss avec 30’190 voix. Le premier radical, Hugues Hiltpold, arrive en 6ème position avec seulement 10’567 voix.

16/01/2010

Fusion radicale/libérale : l’analyse de SmartVote

Smartvote a analysé les réponses des candidats radicaux et libéraux à l’élection pour le Grand Conseil d’octobre 2009.

59 questions, abordant des thèmes relatifs à la politique sociale, la politique des migrations, la politique fiscale et des finances, la science et la formation, la société et l’éthique, la politique économique, les institutions et les droits populaires, la politique environnementale, énergétique et des transports , la justice, la police et l’armée, les dépenses, ainsi que la politique étrangère et l’économie extérieure.

Résultat : seulement 35 réponses communes, soit 59% des réponses, et pas 90% d’une vision politique partagée comme l’affirme l’appareil politique de chaque parti.

 

Diagramme radical:                        Diagramme libéral:

smartspider Radicaux.png

smartspider Libéraux.png

 

 

 

 

 

 

 

 


08/01/2010

La démocratie n'a pas de prix mais a un coût ; celui de la transparence

loupe.jpg

Impossible de connaitre de taux de présence de nos députés lors des séances plénières, encore moins dans les commissions. Impossible de connaitre leurs votes.

L'ambition de VoteWatch est de donner à chaque citoyen genevois, la possibilité de juger sur pièces l'activité des députés.

VoteWatch c'est fixé pour objectif de fournir des éléments concrets de comparaison entre nos députés.

Pour qu'une démocratie reste vivante, ses citoyens doivent rester éveillés.

N'hésitez pas à soutenir l'action de VoteWatch en faisant un don : L'Esprit de Genève CCP 17-790237-1 mention VoteWatch

 

 

06/11/2009

Grand Conseil : 2 minutes 30 par sujet !

La 57ème législature a débuté !

Au regard du succès d’estime (+5'500 pages lues) rencontré par ce blog pendant la campagne au Grand Conseil, j’ai décidé d’offrir sur cette plate-forme, la possibilité à chaque habitant d’avoir une transparence et une clarté sur le vote de chaque député.

L’ordre du jour comporte 155 points qu’il faudra traiter à un rythme de 2 minutes 30 par sujet…

Est-ce bien raisonnable ?

19/10/2009

Course au Conseil d’Etat: la réalité des chiffres

Au regard des résultats obtenus par chaque candidat au CE, membres des « blocs » en présence lors de l’élection au Grand Conseil:

Entente : 59’968 suffrages, soit 36.83%. Alternative : 62'637 suffrages, soit 38.47%.

L’élection semble être pliée, mais en regard des résultats individuels, un second tour pourrait avoir lieu :

David Hiler         20’585 suffrages, soit  12.64%

Mark Muller        16’648 suffrages, soit 10.23%

Isabel Rochat    15’491 suffrages, soit  9.51%

Michèle Künzler 15'166 suffrages, soit 9.31%

Eric Stauffer       14'877 suffrages, soit 9.14%

Mauro Poggia    14'837 suffrages, soit 9.11%

François Longchamp 14'163 suffrages, soit 8.70%

Charles Beer     13'872 suffrages, soit 8.52%

Pierre-François Unger 13'666 suffrages, soit 8.39%

Véronique Pürro  13'014 suffrages, soit 7.99%

16/10/2009

CE : déjà 14 candidats déclarés, peut-être encore un ou deux, devons-nous préparer un second tour ?

15/10/2009

La respectabilité du MCG passera-t-elle par une condamnation sans équivoque de l’initiative « anti-minarets » et un engagement fort pour la combattre ?

14/10/2009

De l‘importance du «vote compact » 2009 vs 2005

Lors des élections au Grand Conseil de 2009, 62% des sièges sont la résultante d’un vote de liste compacte. Seulement 59% en 2005 (+3 points).

Les plus disciplinés sont naturellement les électeurs MCG avec un taux de 79%, + 12 points, ce qui a assuré 13 sièges (67% et 6 sièges en 2005).

Puis l’UDC avec un rapport de 71%, - 8 points pour 6 sièges (79% et 8 sièges en 2005),

Suivi par les Verts ; 61%, + 5 points pour 10 sièges (56% et 9 sièges en 2005),

les libéraux ; 58%, + 1 point pour 12 sièges (57% et 13 sièges en 2005),

les PDC ; 56%, + 6 points pour 6 sièges (50% et 6 sièges en 2005), ils cèdent la place du parti le moins discipliné aux…

 Radicaux ; 54%, - 4 points pour 6 sièges (58% et 7 sièges en 2005).

Pourquoi les candidats munis d’un patronyme à consonance arabe sont les plus biffés, toutes listes confondues ?

13/10/2009

Le dilemme des socialistes

pari socilaite.jpg

Leur crise, les socialistes la doivent en grande partie au faite qu’ils adoptèrent dans les années 90 des positions néolibérales et renoncèrent à leur propre identité, sans offrir en contre –partie une véritable alternative à leurs électorats de base (classes moyenne et populaire).

Le parti socialiste est enfermé dans ce mode de dilemme tragique : ou il invente un nouveau programme, ou il continuera à s’effriter.

Le parti socialiste sera-t-il encore capable d’identifier de véritables leaders ?

Cette incapacité peut engendrer l’apathie des clases populaires, la désorientation de la classe moyenne et augmenter l’absentéisme.

 

14:39 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

12/10/2009

Une nouvelle dichotomie

Nous venons de vivre la fin d’un clivage, celui de la confrontation classique « gauche/droite ». Dichotomie héritée du 18ème siècle.

Les résultats de ce dimanche démontre clairement qu’une nouvelle dichotomie s’installe dans le paysage politique ; une dichotomie « progressistes/conservateurs ».

Les forces conservatrices peuvent compter sur un peu plus de 40 députés, et les progressistes sur un peu moins de 50 députés.

Et, il ne faut pas oublier les capacités de mobilisation d’une partie des conservateurs non représentés au parlement.

11/10/2009

GC 2009, quelles réponses attendues ?

dépiollement.jpg

Au-delà de quelques résultats personnels, en regard de l’échéance du 15 novembre, les principales réponses attendues du scrutin de ce jour sont :

-         La gauche de la gauche fera-t-elle son retour sur les bancs rouges  du Grand Conseil ?

-         Les Verts feront-ils un meilleur score que les socialistes ?

-         Le MCG progressera-t-il?

-         L’UDC se maintiendra-t-il ?

-         Quel sera l‘écart entre les cousins radicaux et PDC, et celui entre  les frères libéraux et  radicaux ?

 

Premières réponses attendues vers 18 :00

10/10/2009

C’est quoi un député ?

garnd conseil.jpg

Quel est son mandat, ses moyens d’action ?

De quels moyens d’information dispose-t-il ?

Comment déposer un texte, quelles procédures s’appliquent

Réponses à découvrir en cliquant ici.

 

Combien de candidats ont lu ce Vade-mecum ?

08/10/2009

Le corps électoral genevois représente 23'537'800 voix

Au soir du 11 octobre combien de voix seront attribuées ?

En 2005, seulement 8'581’131 suffrages valables ont été attribués.

 

 

Structure des votants en 2005 (source OCSAT)

Pour les hommes comme pour les femmes, le plus grand nombre de votants a entre 40 et 69 ans (55,9 % du total des votants).

 

Dans l'électorat masculin, ce sont les électeurs âgés de 70 à 79 ans qui présentent le taux de participation le plus élevé (65,2 %); dans l'électorat féminin, ce sont les électrices de 60 à 69 ans (52,6 %).

 

Les jeunes âgés de 20 à 29 ans se sont le moins mobilisés pour cette élection : 24,3 % de taux de participation pour les hommes et 23,8 % pour les femmes.

 

A noter également que les électeurs des "petites" communes de la périphérie du canton ont davantage participé au scrutin que ceux de la ville de Genève et des "grandes" communes qui l'entourent.

Pour les libéraux la sécurité n’est pas une fatalité !

67LNL_n182.jpg

Phrase relevée dans « Le nouveau libéral » du mois de septembre (page 12) :

« La sécurité ? Ce n’est pas une fatalité dans un lieu comme Genève. Et il s’agit de combattre ce fléau avec la dernière fermeté. »

07/10/2009

Avoir réellement un droit, c’est être capable de pouvoir le défendre, le revendiquer et le promouvoir.

Si la raison politique est toujours à construire, il faut  être capable de démettre ceux qui ont des responsabilités s’ils dérogent à leur fonction.

Pour cela nous devons être capables de résister à toutes formes de domination et être capable d’inventer ensemble une société créatrice de liberté.

06/10/2009

Électeurs encore un effort, votez !

Seulement 45'428 citoyens ont  remplis leur devoir électoral, encore 189'950  bulletins attendent d’être remplis.

Pour qui vous voulez, mais votez

Plus de participation contre l’échec de la politique d’intégration

On peut mesurer la réussite ou l'échec d'une politique d'intégration à la valeur économique et au degré de sécurité qu'elle génère.

Une politique d'intégration axée sur la gestion des emplois ne permettra pas de répondre aux défis du futur. Les problèmes linguistiques à l'école, l'isolement des parents et la formation déficiente des jeunes le démontrent clairement.

Une intégration active doit  être considérée comme un investissement permettant de valoriser le potentiel de la population migrante.

Hors, depuis l’entrée en vigueur de la LEtr au 1er janvier 2008 (basée sur un processus de réciprocité auquel les étrangers doivent participer) nous devons malheureusement constater que l’esprit de cette loi est un échec.

Les migrants réclament une politique de participation sociale… Ils manifestent la volonté de participer à la vie économique, d'acquérir une formation, de respecter l'ordre juridique et d’apprendre notre langue nationale.

A nous de leurs donner les moyens et la motivation de contribuer au développement de notre pays.

Aujourd’hui, nous devons veiller à une meilleure participation des migrants dans tous les rouages de notre société.

05/10/2009

La Fédération du Commerce Genevois (FCG) soutient que des députés sortants, pourquoi ?

03/10/2009

Les causes de l’absentéisme

urnes.jpg

Les causes d’absentéisme relevées par les spécialistes en rescousses humaines -objectifs mal exprimés, information peu adaptée, réduction du sentiment de communauté de destin, perte de sens et déficit d’image -, ne sont-elles pas les mêmes pour expliquer l’absentéisme des citoyens devant  les urnes ?