01/06/2011

De l’indécence politique

Rochat.jpg

La tribune de Genève du 1er juin reprend une information de 20Minutes : « l’élu Thierry Durand à voté à la place de sa fille ». Je ne veux pas plus blâmer Thierry Durand qui doit être au plus mal, s’il a pris connaissance de la dizaine de commentaires laissés sur le site de la Tribune.

Au-delà d’un acte répréhensible, c’est l’attitude de Président des Verts qui laisse planer un doute sur l’intégrité du Parti: « Il ne me semble pas que l’on aille vers une sanction ».

Mais là, je rêve !

Cette phrase prononcée par le gardien de l’orthodoxie politique d’un parti qui prône l’honnêteté et la transparence est tout simplement pas admissible.

L’acte commis par Thierry Durand mérite bel et bien une sanction, exemplaire.

C’est la responsabilité de l’identité du monde Politique qui est engagée et il est temps que la Politique retrouve un peu de décence.

30/05/2011

Constituante : les éléments « remontés » de la large consultation publique n’ont pas été pris en compte : Ce n’est pas seulement une honte pour les Constituants, mais aussi pour l’ensemble des genevois qui, encore une fois, ont été pris pour des dindes !!

24/05/2011

La fusion n’aura pas lieu ! Du moins ce soir…

indicateur.jpg

Prévue ce soir (24 mai), la fusion entre le parti radical démocratique genevois (sa véritable appellation) et le parti libéral genevois ne peut pas avoir lieu.

Pas par manque d’enthousiasme des militants convoqués pour 19 :30 à la salle des fêtes de Troinex, mais simplement par les statuts du parti radical, datés du 26 mars 2009.

 

Explications :

Les statuts à l’article premier relatif à la constitution précisent que le parti radical est une association régie par les présents statuts, mais ils omettent un article au sujet de la dissolution.

Ils font aussi référence aux articles 60 et suivants du Code Civil Suisse.

 

A ce sujet, la dissolution d’une association, l’article 76 précise que la « dissolution peut être décidée par l’association », qui est légalement composée de ses membres.

L’article 4 des statuts du parti radical indique que le membre est « toute personne qui adhère aux principes du Pari Radical genevois ».

 

Violation du Code Civil ; les membres ne sont pas invités à se prononcer ce soir !

 

Suivi par un petit couac, avant de fonder la nouvelle entité, le Parti Libéral-Radical (PLR), annoncée pour le 30 mai ; il aurait été judicieux, afin éviter un effet suspensif, de veiller au respect de la protection des droits des membres ; article 75 du Code Civil Suisse qui précise : « Tout membre est autorisé de par la loi à attaquer en justice, dans le mois à compter du jour où il en a eu connaissance, les décisions auxquelles il n’a pas adhéré et qui violent des dispositions légales ou statutaires ».

23/04/2011

Votations du 15 mai : la politique au service des lobbies

votations du 15 mai.jpg

A l’occasion des votation15 mai, où 5 sujets sont soumis au peuple, presque tous les partis politiques se sont mis au service des lobbies ; certains défendent les intérêts de la CIG (Chambre Immobilière de Genève) ou de la FER (Fédération des Entreprises Romandes ; d’autres se transforment en « porte-parole » de ProNatura, de l’Association des Producteurs de Cardons ou encore de la Fédération des Associations de Quartiers et d'Habitants.

Tous, sauf un, les Vert’libéraux qui prennent au niveau de la communication position sur l’ensemble des sujets.

Pour rappel, un parti politique est au service de l’ensemble de la collectivité et il se doit de communiquer sur tous les sujets soumis en votation, même si certains sont moins « sexys »…

14/04/2011

Administratives 2011, le taux de participation est de 22.1% à J-3

A titre de comparaison, le différentiel, à J-5, était de 8.8% en faveur des élections municipales…

16/03/2011

Ville de Genève ; le prix d’un fauteuil

Sur la base des budgets de campagne, communiqués par la Tribune de Genève du 28 janvier, voici le prix de revient d’un élu :

 

PDC : 47'143.-

PLR : 23'333.-

Socialiste : 21'875.-

Vert : 16'364.-

MCG : 7'273.-

EàG: 6'666.-

UDC : 6'250.-

  

09/03/2011

Sandrine Salerno, candidate des Verts en Ville de Genève...

Selon le profil défini par Smartvote, Sandrine Salerno serait la candidate idéale pour les Verts…

Issu de l’analyse Sandrine Salerno est en accord à 81.1% avec les positions défendues par les Verts, respectivement à 79.1% avec les Socialistes.

Tandis que Sami Kanaan est en accord à 83.7% avec les thèses socialistes

08/03/2011

Municipales 2011, à J-5, le taux de participation est de 19,26%, soit 57'200 bulletins

07/03/2011

A J-6, le taux de participation aux élections municipales s’élève à 16.5%, soit 49'011 votes.

05/03/2011

Élections municipales du 13 mars 2011

Taux de participation de 11,85% enregistré au 4 mars (35'200 votes).

28/01/2011

Election municipale en Ville de Genève : le coût d’un candidat

La Tribune de Genève, du 28 janvier, publie les budgets engagés par les différentes formations en quête de sièges …

Au-delà des sommes engagées par chaque parti, il me semble intéressant d’identifier l’investissement par candidat, soit :

PDC ; 12'571.-

Socialistes ; 10'938.-

PLR ; 7'609.-

Les Verts ; 4'865.-

MCG : 2'424.-

Ensemble à gauche ; 2'222.-

Vert’libéraux (estimation) ; 1'666.-

UDC ; 1'471.-

Alliance bleue ; 567.-

 

Reste à connaitre le prix un élu ? Réponse le 13 mars !

 

04/10/2010

Le PLR n'a-t-il plus l'habitude de faire campagne sans le soutien d’ « economiesuisse » ?

Campagne pour le contre-projet à l'initiative sur le renvoi des étrangers criminels: "malheureusement, economiesuisse ne donne rien", se plaint le Conseiller national Hugues Hiltpold (PLR/GE).

24/09/2010

La création des districts est acceptée par 66% des constituants

La thèse qui ancre les districts dans la nouvelle constitution genevoise 

 

« Les actuelles communes sont regroupées en 4 à 8 nouveaux districts communaux qui sont des collectivités publiques territoriales dotées de la personnalité juridique »

 

est plébiscitée par l’ensemble des groupes à l’exception :

des UDC : Jacques Pagan, Pierre Schifferli, Thomas Bläsi, Pierre Scherb et Ludwig Muller,

des AVIVO : Christian Grobet, Souhaïl Mouhanna, Annette Zimmermann, Pierre Gauthier, Janine Bezaguet, Jean-François Rochat, Solange Zosso, Marc Turian et Michèle Lyon

des Solidarités :  Jocelyne Haller, Nils De dardel et Michel Ducommun.

Auxquels, il faut ajouter les deux constituantes « Libéraux & indépendants » : Béatrice Luscher et Catherine Kuffer-Galland

08/09/2010

Haute fonction publique et politique sont-ils compatibles ?

A la connaissance que deux hauts fonctionnaires briguent un mandat politique d’importance, l’exécutif d’une ville, la seconde de Suisse, appelle quelques réflexions…

Tout d’abord, celui du degré d’indépendance ou, au contraire, de subordination, qui existe entre l’administration et le pouvoir politique. Ensuite, se pose la question de la place des fonctionnaires en politique et, de manière corrélative, de la relative politisation de l’administration.

Ce passage de hauts fonctionnaires vers le monde politique semble avoir mis à mal, au moins en partie, la tradition de neutralité politique de la haute fonction publique.

Il existe là une différence essentielle avec la fonction publique anglaise. En effet, cette dernière a maintenu ce principe de stricte neutralité politique du Civil service.

C’est ainsi que tout fonctionnaire qui décide de se présenter aux élections doit démissionner, non pas une fois l’élection acquise, mais dès lors qu’il fait acte de candidature. La prise de risque est à l’évidence plus grande que dans notre système.

Et Enfin, la politisation de l’administration est un problème…

Si les rapports entre politique et administration sont aujourd’hui très complexes, force est de constater qu’ils l’ont en réalité toujours été.

07/09/2010

La Ville de Genève présente un budget, 2011, électoraliste…

Avec une augmentation de 6.34% du poste « subventions », le budget 2011 peut se définir comme « électoraliste ».

Parmi les récipiendaires de cette manne publique, nous trouvons de nouveaux bénéficiaires, comme :

le Forum des démocraties participatives : 50'000.-

la Plate-Forme Associations d'Aînés Genève : 75'000.-

les Projets aînés isolement : 325'000.-

le Bureau culturel : 30'000.-

l’Association LIFT Conférence : 100'000.-

les  Fêtes de Genève : 70'000.-

 

Certains voient leurs subventions passer à la trappe, comme :

l’Association Communauté Emmaüs : -41'200

les frais d'exploitation des bus pour les lignes 35 (hôpital), 36(Vieille-Ville) et 32 (Jonction) : - 427'000.-

ou encore les sauveteurs auxiliaires : -34'000.-

 

Et la masse salariale continue d’augmenter …+4,29%

Vous voulez que Billag restitue les 67 millions ? Faites le savoir au porte-parole de Billag, par sms au 079 777 53 60

06/09/2010

Le chômage augmente chez les jeunes confirme l’administration fédérale

Le chômage des jeunes est en augmentation, chiffres confirmés par l’administration fédérale !

 

Selon les relevés de l’administration fédérale (SECO), en 2009, le taux de chômage chez les jeunes (15-24 ans) a augmenté de 9'041 personnes par rapport à 2008, passant de 3,0% à 4,6% !

 

A fin 2009, 25’401 jeunes (15-24 ans) étaient inscrits au chômage auprès des offices régionaux de placement.

 

 

Source : Secrétariat d'Etat à l'économie SECO

02/09/2010

Constituante : Les conseillers d’Etat ne peuvent être réélus qu’une seule fois consécutive

Aujourd’hui les Constituants abordent en plénière le rapport sectoriel relatif à l’exécutif avant de s‘attaquer à la véritable pierre angulaire de notre démocratie ; le pouvoir judicaire (8 septembre).

A la lecture du rapport qui sera débattu, rapport sectoriel 302-Exécutif, seul la thèse 302.5, relative à l’organisation du pouvoir exécutif, est digne d’intérêt :

302.51.a : Le mandat des conseillers d’Etat est de 5 ans, identique en durée à ceux des députés au Grand Conseil. Est adoptée à l’unanimité.

302.51.b : Les conseillers d’Etat ne peuvent être réélus qu’une seule fois consécutive. Est adoptée par 10 voix pour, 4 voix contre, 3 abstentions.

Parmi les opposants se trouve le Libéral François de Planta. Dans son argument il se demande pourquoi priver le Conseil d’Etat des compétences d’un magistrat dès qu’il aurait atteint le seuil fatidique de deux législatures.

Rappelez-vous la dernière législature du socialiste Laurent Moutinot !!!

 

La commission 3 « Institutions : les trois pouvoirs » composée des Libéraux Lionel Halpérin, René Koechlin et François de Planta, des Socialistes Albert Rodrik et David Lachat, des Radicaux Pierre Kunz et Georges Chevieux, des Verts Louise Kasser et Olivier Perroux, des Avivo Michèle Lyon et Marc Turian, ainsi que du GEavance Claude Demole, du MCG Patrick-Etienne Dimier de l’UDC Pierre Scherb, du PDC Guy Tornare et d’Alfred Manuel pour les Associations de Genève.

20/08/2010

Constituante ; désignation des juges…

Depuis de nombreuses années, le mode d'élection des juges et sur la question de leur appartenance politique ou de leurs affinités politiques fait débat.

 

Lors des élections de juges, le siège, sous l'angle de la représentation politique, n'est jamais remis en cause et le Peuple laisse aux groupes politiques l'entière "responsabilité" de leur choix !

 

Ce qui doit primer, me semble-il, c'est la désignation du candidat le plus capable tant du point de vue de sa personnalité que de ses compétences professionnelles, mais des divergences apparaissent dès qu'il s'agit de définir le mode d'élection.

 

La plénière de l’Assemblée constituante aura tout loisir, dès le 26 août,  d'examiner à fond le mode d'élection des juges, s'inspirant pour cela des nombreux débats et sur les pratiques des autres cantons.

 

Thèse 303.11.d débattue dans la commission 3 (institutions : les trois pouvoirs) :

 

Faire élire les autres* magistrats du pouvoir judiciaire par le Grand Conseil pour des périodes de six ans, renouvelables.

 

Résultats des votes :

7 voix pour (2 Libéral, 2 Verts, 1 UDC, 1 AVIVO, 1 GEAvance),

6 voix contre (2 Radical, 1 AVIVO, 1 PDC, 1 MCG et 1 Socialiste)

1 abstention (Associations).

 

Et si le véritable problème n’était pas le mode d’élection, mais la durée du mandat !

 

*sauf le Procureur Général qui resterait élu par le peuple.

19/08/2010

Transparence OK, mais pas en politique !

L’exploration de la littérature et l’analyse des débats consacrés au thème de la gouvernance publique met en évidence l’omniprésence de l’exigence de la transparence.

 

Des propos, des discours, des rapports, des codes de bonnes conduites et des normes comptables n’ont cessé de rappeler la nécessité d’accroître la transparence en veillant à véhiculer une information fiable, compréhensible et utilisable par tous.

 

Mais cette exigence de transparence s’appliquant aux partis et organisations qui participent aux élections et aux campagnes politiques a été refusée par la majorité, 36 non, 32 oui, aucune abstention, des Constituants, le 24 juin…