25/10/2011

23 octobre : c’est la dichotomie gauche/droite qui se meure…

gauche droite.jpg

Plus qu’une recomposition du centre, c’est bien l’émergence d’une nouvelle dichotomie qui s’installe dans le paysage helvétique. N’en déplaise aux faiseurs d’opinion, « fesseurs » qui devront déplacer leurs curseurs.

Lire la suite

24/10/2011

Enseignements du scrutin fédéral d’octobre 2011

ducusion.jpg

Le principal enseignement de ce scrutin fédéral est que les Verts ont, définitivement, perdu le monopole de l’écologie en Suisse (13 sièges Verts, 12 sièges Vert’libéraux).

 

Au niveau genevois, je retiens deux enseignements : l’alliance bourgeoise avec l’UDC ne fonctionne pas, malgré deux essais (cour des Comptes et Conseil des Etats) et une élection à la proportionnelle sans apparentement est possible (MCG).

 

Et je me permet de paraphraser Josef Joubert , ami de Chateaubriand : « le but de la discussion ne doit pas être la victoire, mais l’amélioration. »

21/10/2011

Conseil national : le taux de participation à J-2 s’établit à 29.86% soit -10.43 point par rapport à 2007 (40.29%). Cherchez l’erreur…

19/10/2011

Elections fédérales ; à J-4, le taux de participation est de 25.80%, soit un retard de 3.72 points par rapport à 2007…

17/10/2011

Primo entrants

La politique c’est 3 conseils :

1) C’est le parti qui compte pas les mandats.

2) On ne gère pas des carrières, on ne donne pas, il faut prendre !

3) Il faut s’amuser sinon on déprime…

12/10/2011

Gauche/Droite - Droite/Gauche

élections.jpg

Les élections fédérales cherchent à rejouer le grand scénario de l’affrontement gauche-droite, mais il n’est pas sûr que les électeurs s’y retrouvent aussi aisément que la classe politique.

Lire la suite

10/10/2011

De l’incapacité des Verts à se restructurer

undate verts.jpg

La cohérence théorique de la structure de l’écologie politique doit se donner les moyens de construire une grille de lecture permettant d’aborder toutes les questions individuelles et sociales, et de jeter les bases d’un modèle de société global qui exprime son système de valeurs : responsabilité, autonomie, et solidarité.

 

Ce modèle de société représente une véritable alternative aux visions néolibérales ou marxisantes, dont beaucoup de nos concitoyens reconnaissent les limites, peut constituer l’une des issues possibles pour une société en recherche de sens.

La crédibilité de l’écologie politique, dans le paysage politique suisse, passe donc par l’éthique de la responsabilité, des solutions pour une émancipation de l’homme et son épanouissement fondé sur sa capacité à choisir, sur la qualité de vie et sur un autre rapport à la nature.

Ce sont ces fondements philosophiques qui font la force et la cohérence de l’écologie politique. Il faut aujourd’hui, à ce stade de sa restructuration, reprendre le lien avec ses racines pour entraîner la société dans un mouvement de transformation majeur.

Mais toujours, cantonnés à une de force d’appoint des socialistes, les Verts n’en sont pas capables…

 

05/10/2011

Abus de biens sociaux

Pourquoi l'abus de biens sociaux n'est pas, encore, un délit en Suisse ?

Oups, c'est vrai, le Conseil fédéral refuse d'en discuter, Bizarre...

Abus de biens sociaux, définition :

Délit qui réprime le fait pour tout dirigeant d'avoir utilisé en connaissance de cause les biens, le crédit, les pouvoirs à des fins personnelles directes ou indirectes.

L'infraction d'abus de biens sociaux incrimine l'infraction, de « faire, mauvaise fois » des biens, un usage qu'il sait contraire à l'intérêt, à des fins personnelles.

Dans le cas de l'affaire « Salerno » sommes-nous dans un cas caractéristique d'abus de bien sociaux ?

 

28/09/2011

Changer de paradigmes

Comment moderniser et réduire les dépenses de l’Etat et en même temps le rendre plus distributif ?

D’où la question de la réforme de notre Etat, mot tellement galvaudé mais qui doit engager chaque candidat, aux élections fédérales, dans les domaines du logement, des transports, de l’économie, de l’immigration, l’éducation et de la sécurité.

Il faut changer de paradigmes et de priorités. Pas seulement économiser, mais rénover !

Cela sera un effort, pas une ressource.

13/09/2011

OneFm : éditorial du 13 septembre 2011 « Immigration/Intégration »

 

La dislocation, l'exclusion et les inégalités sociales progressent. Elles se sont encore accentuées avec la crise financière de 2008 qui a débouché sur une crise économique et sociale. L'individu se trouve confronté à de nouvelles sources de précarité, elles sont relationnelles et identitaires.

Les opportunités de vie se heurtent à des contraintes pour une large part structurelles, telles que le chômage et la pénurie de logements à des prix abordables.

Notre démocratie stagne et semble parfois régresser. Des mouvements populistes tendent à la confisquer en proposant un discours de haine et d'exclusion. Ces formations ont obtenu des résultats électoraux significatifs en misant sur la peur de l'autre, sur la crainte diffuse de l'invasion suscitée par les nouveaux mouvements migratoires.

Après avoir longtemps été perçu comme un agent exclusivement économique, l'immigré et ses descendants, sont considérés comme des acteurs culturels et religieux qui, selon les interprétations, enrichit notre culture ou la met en péril.

Ainsi toute demande de reconnaissance culturelle et religieuse émanant des populations d'origine immigrée est perçue avec scepticisme. On redoute qu'il s'agisse d'attaques masquées contre l'État laïc.

Il est vrai que des revendications culturelles et religieuses (par exemple lieux de culte, parcelles dans les cimetières) émanent des populations d'origine immigrée.

Cela dit, ces revendications sont le signe d'une intégration et d'une volonté de participation à la société.

Toutefois, s'il ne faut pas exagérer l'importance et la portée de ces revendications, il est tout aussi dangereux de ne pas prendre en compte les formes diverses du radicalisme religieux en Suisse.

 

10/09/2011

La véritable origine de l'expression "Le mariage de la carpe et du lapin" (toute ressemblance avec l’actualité serait fortuite).

Un beau matin
Jeannot Lapin
Lissait sa pelisse,
Se mirant et s’admirant,
Tel Narcisse,
Dans l’eau flatteuse d’un étang.

Dans le reflet du miroir,
Dame Carpe allait nageant
En agitant ses nageoires
Nonchalamment.

Cupidon passait céans
Ayant fort mauvaise mine.
Poussé par une humeur chagrine,
Il voulut que sa flèche aille
Transpercer à la fois le cœur
De la dame aux mille écailles
Et de notre mignon rongeur.

Aussitôt à la folie ils s’aiment
Et veulent devenir amants
Réalisant dans l’instant même
Qu’ils ont chacun leur élément.

C’est bien connu le lapereau
A peur de l’eau!
Pourtant, tout de courage,
Il plonge et nage,
Pour honorer l’oblongue élue.
Las! Ses efforts sont superflus,
Et sans avoir pu consommer,
Le poids de sa pelisse
A tôt fait de l’entraîner
Dans les Abysses.

Dame Carpe, qui ne prononce
Jamais un mot de trop,
En silence le remonte
Sur le rivage, où Jeannot
Boit sa honte mais ne renonce:
Il faudra bien qu’il la monte!

C’est bien aussi dans les idées
De notre carpinidée
Qui sur la berge d’un bond se hisse;
Notre lapin veut faire l’amant
Mais sur le bleu ses assauts glissent
Infiniment;

Bientôt notre pauvre poissonne
Vient à manquer d’eau. Elle suffoque,
L’heure de la retraite sonne;
Foin d’amours loufoques!

Voici pourquoi fut aussi triste
Le mariage de la carpe et du lapin
Tout cela à cause d’un galopin

04/09/2011

Le MCG est hanté…

mcg.jpg

Les campagnes électorales du MCG sont une série de discours qui consiste à prendre les électeurs pour des ploucs, ainsi l'énergie déployée par le MCG, lors d'une campagne, a beaucoup plus à voir avec le goût du pouvoir qu'avec le sens du bien public.

Et c’est comme ça que ce développe l’esprit « faisceaux italiens » qui hante le MCG. Il ne dit jamais son nom, il rampe, il flotte, quand il montre le bout de son nez, on dit : « C'est lui ? Vous croyez ? Il ne faut rien exagérer ! »

Et puis un jour on le prend dans la gueule et il est trop tard.

J'ai vu les démocraties intervenir contre à peu près tout, sauf contre l’esprit « faisceaux italiens». André Malraux

02/09/2011

La Société Générale d’Affichage (SGA) nuit au débat politique. Délibérément !

Pour preuve, les 48 emplacements dédiés à la communication politique, dont seulement 12 sont visibles par des hérons, une mouette et quelques dealers.

Ces panneaux sont déployés entre écluse et passerelles. De plus ils sont maqués par les arbres du trottoir !

P1040042.JPGP1040043.JPG

Ce choix délibéré de nuire au débat politique serait condamnée par m’importe quel étudiant en communication.

 

Nous pourrions croire que la SGA aime la politique seulement quand elle paye ses emplacements !

 

10/08/2011

Nationales 2011 : mes estimations

A quelques jours (vendredi) de la première publication des estimations nationales pour l’élection du Conseil national, je me lance sur une estimation pour Genève :

Parti                   2007          Estimations 2011      Sièges

PLR                    22.53*                  19                            2

UDC                   21.06                    20                            2

Socialistes         19.11                    18                            2

Les Verts           16.38                    15                            2

MCG                   3.25                         8                           1

PDC                    9.70                         8                           1

Solidarités          4.90                         5                

Vert'libéraux                                        5      

Evangélistes      1.19                          2                

Pirates                                                 0                                            

 

A la lecture de la répartition des sièges, il existe un siège « flottant » qui sera attribué soit au PLR ou aux Socialistes. Il dépendra du score personnel de leurs ténors respectifs.

 

*cumul entre les Radicaux et les Libéraux en 2007

 

 

01/07/2011

Fusion des Polices ? Vite !

police.jpg

Les instances politiques limitent trop souvent le débat à un nombre restreint de problèmes, parce que ce sont des problèmes qu’elles « pensent pouvoir contrôler », plutôt que de s’attaquer aux problèmes fondamentaux et qui nécessiteraient une refonte importante des politiques actuelles.

Notre sécurité, ou le rétablissement de notre sécurité, est un enjeu de démocratie bien vécue.

Deux moyens d’action sont à disposition pour rétablir notre sécurité:

1) Prendre des mesures à court terme, qui doivent se traduire par des résultats rapides et visible, par exemple appliquer la loi et créer une seule force de sécurité

2) Agir sur le long terme, avec un objectif avoué de s’attaquer à la source des problèmes.

Le besoin de sécurité compte parmi les attentes le plus pressante de la population.

Il appelle l’action de professionnels aptes à maitriser la diversité des espaces de vie et à agir de manière appropriée.

29/06/2011

La Constituante va droit dans le mur, et en plus elle klaxonne !

Stupéfiant !

La lecture de la Tribune de Genève du jour (29 juin) me laisse sans voie, c’est sans doute pour cela que j’écris…

Sur 3 pages, nos Constituants expliquent que tout va rentrer dans l’ordre à l’automne… Trop tard, le fossé est infranchissable.

Et même, si des Constituants rêvent encore d’une majorité, le Peuple souhaite une adhésion franche au texte proposé en votation le 14 octobre 2012. Une adhésion, c’est au moins 70% de oui sur le siège !

Mais l’Esprit du 25 mai hante encore les Constituants de « bonne volonté ».

Je vous fais grâce des sujets qui fâchent…

Et pour ceux qui insistent:

http://geneve.blog.tdg.ch/archive/2011/06/24/la-constitua...


24/06/2011

Grand Conseil : au moins 30% des députés se foutent de nous !

grand conseil.jpg

Vendredi Jeudi 17:00, reprise des débats au Grand Conseil… Même pas la moitié des Députés sont assis derrière leurs pupitres !

Un quart d’heure plus tard, encore 36 absences !

15 minutes après, il manque toujours 30 députés…

Je dois constater que les absences sont plus marquées sur les bancs de l’entente que sur ceux de l’Alternative, mais il est juste de dire que les bancs de gauche sont composés d’une majorité de fonctionnaires ou assimilés.

Pour rappel, les fonctionnaires sont libérés par leurs employeurs pour pouvoir siéger !!!

Les débats sur les comptes se déroulent vendredi, combien de Députés viendront se jouer de nous ?

12/06/2011

Recrutement du personnel en Ville de Genève : mauvaise politique ?

Il faut savoir qu’en Ville de Genève, les charges de personnel (traitements, charges sociales, etc.) représentent 36% du total des charges de fonctionnement, soit plus de 401 millions (chiffres 2008).

La Cour des comptes a relevé quelques cas particuliers dans le cadre de recrutements effectués à la demande de conseillers administratifs. Dans la pratique économique, le terme anglais « management override » définit les cas où la direction utilise son pouvoir décisionnel afin de contourner les contrôles internes d’une organisation.

De plus, lors de la publication d’offres d’emploi l’utilisation de la mention « le poste sera vraisemblablement repourvu en interne » génère du travail administratif inutile et ne permet pas de garantir le respect d’égalité de traitement.

 

Il est aussi constaté que la politique de mobilité actuelle tend à générer des inadéquations entre le travail fourni et la rémunération.

Pour en savoir plus: rapport de la Cours des comptes

07/06/2011

Conseil Municipal de la Ville de Genève, « hold-up » radical sur le PLR

Après cette séance d’installation du nouveau Conseil municipal, c’est Jean qui rit, Jean qui pleure au sein de la nouvelle formation du PLR.

Par exemple, les cousins issus radicaux trustent les principaux postes :

 

Chef de groupe, un radical

Bureau du Conseil, un radical,

Commission de la taxe professionnelle, une radicale,

Commission pour le logement social, un radical,

Fondation de St-Gervais, une libérale, la seule désignée pour l’instant !

Et le PLR n’arrive pas à se mettre d’accord, entre ses deux fractions, pour désigner ses représentants au Grand-Théâtre et é la Fondation pou les arts dramatiques…

02/06/2011

Le Conseil National n’aime pas les consommateurs

conseil national.jpg

Par  91 voix contre 60 voix, 3 abstentions et 42 absences (non excusées), les Conseillers nationaux ont refusé la  proposition  du Conseil des Etats ci-dessous :

 

« Agit de façon déloyale celui qui, notamment, utilise des conditions générales qui, en contradiction avec les règles de la bonne foi, prévoient, au détriment du consommateur, une disproportion notable et injustifiée entre les droits et les obligations découlant du contrat »

 

Dont l’objectif était de donner aux consommateurs un moyen de faire valoir ses droits.

 

En cette année électorale, il est intéressant d’identifier parmi les élus genevois au Conseil National ceux qui se sont opposés à cette modification :

Brunschwig Graf (PLR), Hiltpold (PLR), Nidegger (UDC), Reymond (UDC)

 

Que chaque consommateur se souvienne des ces députés au moment de faire le choix de ses représentants au Palais Fédéral…

Détail des votes (ICI)