03/01/2013

La Garde Noire

La Garde Noire est constituée de l’élite.

Le principe est que rien ni personne ne peut se mettre en travers de sa route.

Chaque Garde Noire prête serment d’allégeance et c’est de ce serment qu’il tire sa puissance.

Toute résistance allume un brasier de haine et de violence car il la considère comme une insulte personnelle.

Élevé dans le principe que la meilleure des défenses est l’attaque, la Garde Noire se retrouve toujours en première ligne, s’acharnant sans relâche sur son adversaire, déversant sa haine si celui-ci avait l’audace de ne pas succomber au premier coup.

06/12/2012

la peur, outil de gouvernement

 

Nos gouvernants, mieux que tout autre, ont toujours su que la peur est le meilleur moyen de convaincre. Ils la cultivent et l’exploitent.

Que ce soit pour détourner l’attention, pour justifier plus de taxes ou pour faire accepter une législation impopulaire, ils peuvent toujours compter sur un événement dramatique annoncé.

Ils exploitent la peur pour soumettre.

S’il est vrai que les démocraties modernes dépendent de l’opinion publique, il est aussi vrai que celle-ci est largement dictée par la peur.

En maintenant les populations dans un état d’appréhension constant, l'État gruge les libertés au profit d’une bureaucratie gouvernementale.

Et malheureusement, les populations acceptent à peu près tout ce qui leur est imposé graduellement…

27/11/2012

Valeur fiscale des atouts de Genève

 

Les multinationales sont attirées à Genève par un régime fiscal de 11.6% au lieu de 24.2%, en effet, le système fiscal suisse permet aux cantons de prévoir un taux spécial pour ces entreprises.

Cette politique fiscale à deux vitesses est proscrite par le droit européen, et l’union européenne met donc la pression sur la Suisse pour trouver un accord avant la fin de l’année.

David Hiler propose un taux unique à 13%, et les discussions politiques vont bon train : certains proposent 18%, d’autres 16% ou 17%...

Je pense qu’avant d’établir un taux d’imposition, nous devrions définir la valeur fiscale des atouts de Genève (principaux retenus par la promotion économique du canton) :

Stabilité politique

0.89

%

Infrastructure efficace

0.69

%

Localisation idéale et accès facile

0.61

%

Qualité de la vie, loisirs et offre culturelle

0.52

%

Personnel hautement qualifié

0.33

%

Education et formation

0.22

%

Atmosphère internationale

0.17

%

soit 3.4 points de valeur fiscale, que qui nous amène à un taux de 15%, un compromis qui devrait être acceptable pour les acteurs politiques, entre le 13% de David Hiler et le 18 % articulés par les Socialistes.

06/10/2012

Libre-échange et démocratie sont-ils compatibles ?

L’incertitude face aux mutations du monde, la rapidité des changements suscitent en réaction une réaffirmation des identités locales, une réactivation des communautés d’appartenance : recherche de socles identitaires, montée des communautarismes, la mondialisation fragmente paradoxalement le monde.

Le libre-échange intégral et la démocratie sont incompatibles, tout simplement parce que la majorité des gens ne veut pas du libre-échange.

Le seul pays à avoir inscrit dans sa Constitution le libre-échange a été les États américains sudistes, esclavagistes.

Le Nord, industriel et démocratique, derrière Lincoln, était protectionniste. 

Normal, puisque le protectionnisme définit une communauté solidaire et relativement égalitaire, alors que le libre-échange suppose des ploutocrates et une plèbe.

16/03/2012

« Penser à long terme, épargner pour les générations futures, sobriété et éthique professionnelle ».

Ces valeurs léguées par le réformiste protestant Jean Calvin sont encore d’actualités, 500 ans plus tard, pour sortir de la crise économique, elles peuvent servir de combustible pour alimenter le capitalisme d’aujourd’hui.
Il faut toutefois rester attentif aux nouveaux signes de puritanisme qui peuvent resurgir…
Pour rappel, Jean Calvin, s’est confronté à l’église romaine dans sa lutte contre la corruption qui gangrenait le clergé.

25/01/2012

La partitocratie constitue une régression. 

Montesquieu insistait sur la séparation des pouvoirs, idéal à atteindre pour garantir les libertés citoyennes.
En abattant toutes les cloisons entre ces pouvoirs, la partitocratie a annulé la démocratie au sens où l’entendait Montesquieu.
Par rapport à l’idéal démocratique, la partitocratie constitue donc une régression. Et non, comme elle le prétend trop souvent, son accomplissement définitif.

17/01/2012

Un hommes politique à droit à une vie privée dans un lieu privé. Dès qu'il fréquente un lieu public, il devient un homme public !

01/01/2012

Et si cette année les vœux par FaceBook supplantaient les SMS…

17/10/2011

Primo entrants

La politique c’est 3 conseils :

1) C’est le parti qui compte pas les mandats.

2) On ne gère pas des carrières, on ne donne pas, il faut prendre !

3) Il faut s’amuser sinon on déprime…