Médias - Page 2

  • "No Billag" Désolé, vraiment !

    Certains collaborateurs de la RTS semblent blessés par mes propos relatifs à l'initiative.

    Avant tout développement, je tiens à préciser, s'ils me lisent, que je ne fais pas partie des initiants et que je reste favorable à un financement par le public. Par ailleurs, je suis très surpris par des réactions, à la limite de la diffamation, que certains cadres de la RTS propagent à travers les réseaux sociaux.

     

    Après une relecture attentive de mes propos, je trouve aucune parole ou posture qui pourrait blesser quelques personnes que se soit, à l'exception sans doute des dirigeants de la SSR. (blogs en lien à la fin)

     

    Bien sûr l'acceptation de l'initiative mettra en danger les revenus de certaines personnes et cela ne me réjouis pas plus.

     

    Mais si aujourd'hui, nous en sommes arrivé à débattre d'une initiative qui modifiera le paysage audiovisuel de notre pays, il faut chercher une partie de la responsabilité auprès des dirigeants de la SSR. Elle a été incapable d'anticipation et de vison sur l'évolution de notre paysage médiatique.

     

    D'autres me reproche d'imaginer un "Plan B", effectivement de n'est pas mon rôle, mais comme "la nature a horreur de vide", il faut bien que quelqu'un puisse l'imaginer au "cas où".

     

    Je suis désolé, vraiment désolé d'avoir blessé quelques-uns

     

    Blogs:

    http://votewatch.blog.tdg.ch/archive/2017/11/07/billag-c-est-du-racket-287598.html

    http://votewatch.blog.tdg.ch/archive/2017/11/13/le-veritable-roman-no-billag-une-histoire-de-publicite-287732.html

     

    http://votewatch.blog.tdg.ch/archive/2017/12/03/no-billag-plan-b-chapitre-1-288172.html

     

    http://votewatch.blog.tdg.ch/archive/2017/12/04/no-billag-plan-b-chapitre-2-288200.html

     

  • No Billag" Plan B Chapitre 2

    La nouvelle concession sera amputée d'une partie de ses obligations, comme par exemple pour la radio, une seule chaîne par région linguistique (Suisse romande, Suisse alémanique, Suisse italienne et romanche), au lieu de trois. Les chaines dédiées (2 et 3) diffuseront un seul programme pour l'ensemble du territoire.

     

    Au niveau de la télévision; un chaîne généraliste, par région, en libre accès avec une programmation spécifique comprise entre 18 et 21 heures. Les autres tranches peuvent être complétées par des rediffusions ou si le budget le permet par des achats auprès des acteurs culturels des autres régions. Une seconde chaîne dédiée aux grands événements, principalement le sport avec un accès payant.

     

    "No Billag" Plan B Chapitre 3 à suivre...

  • "No billag" plan B - chapitre 1

    Art. 5 de l'initiative: "Aucune redevance de réception ne peut être prélevée par la Confédération ou par un tiers mandaté par elle".
    Pourquoi est-ce à la Confédération qu'échoit la responsabilité de prélever directement ou indirectement la redevance ?
    La SSR peut la percevoir directement...
    La Confédération octroie une concession à la SSR, charge à elle de percevoir directement les frais de réception.
    Les canaux de perception peuvent être Swisscom, UPC ou tous autres prestataires de service de téléphonie ou internet.
     
    "No Billag" Plan B - chapitre 2, à suivre...

  • Le véritable roman "No Billag". Une histoire de publicité

    Au moment des consultations pour la modification de la loi sur la radio et télévision (LRTV) il était question de séparer le monde audiovisuel en deux hémisphères financièrement bien distincts: monopole sur la redevance pour la SSR et publicité pour les privés. Une télévision publique sans publicité ne subit la pression de l'audience.

    Bien sûr la SSR s'y est opposé. Ne restait plus qu'une solution pour les tenants "de la publicité pour les privés" attaquer la SSR sur son point de fragilité; la redevance. Encouragé par la faible victoire du OUI, 4'000 voix d'écart, lors de la votation du 14 juin 2015 et avec le secret espoir de faire revenir la SSR à la table des discussions. Et toujours une réponse négative...

    Ne restait plus qu'à lancer la récolte des signatures avec un argument purement économique, d'autant plus aisé que la loi prévoyait une baisse de la redevance de 62.- (462.- à 400.-)  En réalité elle a diminué que de 11.- à 451.-

    Aujourd'hui pour préserver la redevance le Conseil fédéral annonce qu'elle sera de 356.- Peut-on encore y croire ?

     

    N.B. pour rappel, le parrainage des émissions d'information est interdit. Reste à savoir si le bulletin météo est une information.

  • Billag, c'est du racket!

    Nous payons déjà pour regarder la TV: soit sur le Smartphone et/ou au domicile à travers la connexion à l'Internet.

    Au bas mot cela représente, pour un ménage d'une personne, déjà CHF 250.-  pour la connexion internet au domicile, plus CHF 900.- pour la téléphonie mobile.

     

    Etre exonéré de payer "Billag", c'est possible..., :

    Si, en plus de votre rente AVS ou AI, vous recevez des prestations complémentaires (PC) de la Confédération.

     

     



  • Liberté religieuse

    Il n’est pas possible de taire ce que symbolise le port du voile islamique pour des femmes musulmanes, pas plus que n’est acceptable la remise en cause, pour des motifs religieux, des législations émancipatrices sur la contraception ou l’avortement.

    Voir dans des comportements à justification religieuse une simple affirmation d’identité conduit à abdiquer devant le réel, fut-il frotté d’obscurantisme, et prive la laïcité de son exemplarité libératrice.

    La revendication de la liberté religieuse n’a pas le même sens exprimée par des Églises ou conçue comme l’une des conditions de la laïcité.

  • Éthique vs morale

    Nul n'ignore que les qualifications et définitions sont arbitraires, et qu'une instabilité en la matière crée plus de difficultés qu'elle n'en résout.

     

    Or, la notion d'éthique est par essence fluctuante, reflétant l'idéal de valeurs d'une société à une époque donnée, caractérisée par sa variabilité et de surcroît relative puisqu'elle intervient dans des  domaines et des secteurs d'activité différents.

     

    L'hygiène de l'esprit passant par la toilette des mots, il est en conséquence impératif de s'entendre sur la définition de l'éthique.

     

    Pour les Grecs, le mot éthique renvoie à une réflexion sur les principes généraux guidant l'action humaine, le Larousse le définit comme «ensemble des règles de conduite ».

     

    Se pose alors la question du lien qu'entretient l'éthique avec la morale ou encore avec la déontologie. Ces notions relèvent-elles d'une seule et même catégorie ou s'opposent-elles ?

     

  • Réseaux sociaux, medias d'opinion...

    Les débats actuels sont révélateurs de l'utilisation des réseaux sociaux par les personnes politiques.
     

    Si les réseaux sociaux sont des outils de communication efficaces et accessibles à tous. Cependant, ils sont à manier avec précaution. De nombreuses erreurs et dérives sont commises par les politiciens .

     

    Ils ont permis un changement dans la relation des élus politiques avec leurs publics, ils y trouvent un excellent outil de communication et les citoyens un outil de prise de parole et de débat efficace.

     

    Les politiques cherchent sans cesse à capter l’attention mais cela peut leur porter préjudice. En effet, caricatures, détournements, mauvaises interprétations apparaissent sur la toile.

     

    Dans notre contexte politique, où les citoyens sont lassés et déçus des décisions politiques, chaque propos et contenu mis en ligne peuvent très vite être transformés par les internautes pour dénigrer et critiquer.

     

    Véritable bouillon d’informations, les médias sociaux mettent en lumière des événements occultés des médias classiques tout en rapprochant les individus et en les invitant à manifester leurs opinions. Ils font apparaître une variable inexistante au sein des médias traditionnels : l’opinion publique.

  • Le bruit... c'est fou !

    Chacun perçoit le bruit de manière très subjective et en fonction de nombreux facteurs: la personnalité, l'âge, le bien-être psychique et physique, le vécu sonore, le moment de la journée et les facteurs acoustiques qui définissent le bruit. 

    Toutefois, le bruit est une forme de pollution environnementale sous-estimée et négligée. Un bruit trop présent peut nous rendre malades (troubles du sommeil, stress, nervosité, agitation, abattement, troubles de la concentration, baisse des performances, augmentation de la pression sanguine, problèmes cardio-vasculaires).

    Or nous ne pouvons pas échapper aux nuisances sonores, ni le jour ni la nuit, car nous n'avons pas la possibilité de fermer nos oreilles.

    Les mesures prises jusqu’ici pour lutter contre le bruit ne suffisent pas à garantir notre qualité de vie. Il est temps de passer à la création de notre espace sonore.

    Cette perspective est de l’ordre du possible...

  • Pas confondre interculturel avec multiculturel

    dans de nombreuses batailles idéologiques, ils sont devenus porteurs de préférences idéologiques ou politiques et se sont ainsi chargés de jugements de valeur.

    Les notions de multiculturel et d’interculturel sont bien souvent abordées sans vraiment questionner leur véritable sens. Dans le langage courant, ils sont couramment employés dans un sens équivalent qui recouvre en fait aussi des enjeux politiques et des conceptions différentes de la société.

    Mais Il n’existe pas à proprement parler de définition exhaustive: la plupart des dictionnaires se contentent pour ce qui concerne le multiculturel d’un « qui relève de plusieurs cultures » et d’un « qui concerne les rapports entre les cultures » pour l'interculturel.

    De mon point de vue, une société interculturelle invite au partage des savoirs, à la connaissance des coutumes de l’autre, à une imbrication et à une interpénétration mutuelles. 

    Tandis qu'une société multiculturelle génère une juxtaposition des communautés d’où résultent rapidement une ghettoïsation des comportements et une séparation des idéaux.

  • Les commentateurs politiques; ils ne sont jamais surpris.

    Quand j’écoute les analyses de certains commentateurs politiques, j’ai l'impression que tout était prévisible dès le départ… Ils ne sont jamais surpris.

     

    Bien sûr que le message est important. Les qualités intrinsèques d'une candidature aussi sont importantes.

     

    Mais plus que tout cela, c'est la capacité du candidat et de son équipe à mettre en forme un discours et à transformer des défauts en atouts qui déterminent véritablement l'issue d'une élection.

     

    Lors du choix, les électeurs doivent se prononcer sur une vision de l'avenir qui pourra conduire à de véritables changements dans leur mode de vie, ils ne pardonneront pas à un candidat son inconsistance, qu'elle soit prouvée ou supposée.

     

    Mais dans une campagne électorale la première impression compte plus que tout autre. Il faut éviter de mettre la tactique avant la stratégie, il faut avoir de la rigueur dans les thèmes abordés et dans la manière de le faire (pas trop de thèmes ou d'angles d'attaque différents), il faut maîtriser parfaitement les techniques de la communication politique et établir une stratégie publicitaire plus présente...

     

    Il ne faut pas donner l'impression de vouloir satisfaire tout le monde, avec comme conséquence attendue de ne satisfaire personne.

  • Quand l'État cesse d'être l'incarnation du peuple

    Le néolibéralisme comme rationalité politique a lancé un assaut frontal contre les fondements de la démocratie libérale, détournant ses principes (constitutionnalité, égalité devant la loi, libertés politiques, autonomie politique, universalisme) vers les critères du marché, les ratios coûts/bénéfices, l’efficacité, la rentabilité.

    Cette rationalité néolibérale façonne chaque être humain, chaque institution, y compris l’État, sur le modèle de l’entreprise, et remplace les principes démocratiques par ceux de la conduite des affaires dans toute la vie politique et sociale.

    Et c’est ainsi que l’État cesse d’être l’incarnation de la souveraineté du peuple pour devenir un "système où se traitent des affaires".

  • Femmes musulmanes entre vie traditionnelle et vie moderne

    Les femmes musulmanes sont confrontées à un conflit personnel ; combiner la vie traditionnelle et moderne et vie professionnelle/vie privée.

     

    L'image des sociétés arabes reste dominé par un déterminisme supposé religieux imposé par les structures patriarcales immuables, répond à une vision de l'Occident qui n'est pas conformément exact à la réalité. Des systèmes politiques pratiquement inchangés avec de graves carences démocratiques contribuent à maintenir cette perception.

    Une des hypothèses les plus profondément enracinée en occident est l'immutabilité du paradigme patriarcal dans la structure sociale des pays arabes, ainsi que son explosion démographique supposée et de la vulnérabilité ou la subordination des femmes dans la famille.

    Lien vers l'étude:
    http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001833/183325f.pdf

    Le développement de l'urbanisation, l'éducation des femmes, le ralentissement démographique, le succès de la planification familiale et l'intégration des femmes dans la sphère publique et du travail obligent à de profonds changements.

    Cela implique une plus grande autonomie des femmes tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la maison. C’est une étape très importante vers leur émancipation.

    La transformation de l'espace social et de la famille arabe n'a pas encore atteint son point culminant, mais elle est, aujourd'hui dans une dynamique irréversible.

    Si des questions comme le divorce sont considérés favorablement, d'autres tels que la cohabitation ou la perte de la virginité avant le mariage est «intolérable».

    Suivant le frein de la tradition, les réactions patriarcales aux changements sociaux sont inévitables, mais en dépit de son influence à long terme ou à moyen terme, elles ont perdu la bataille.

    Une étude (Femmes et familles dans les sociétés arabes actuelles) montre que les pays arabes, mais toujours avec des exceptions, font face à des facteurs qui ont eu lieu dans tous les processus d'autonomisation des femmes. Les mêmes combats silencieux que ceux menés par les femmes occidentales dans les années 60’.

  • L’autodétermination, un concept clé !

    C’est le « pouvoir de l’individu de décider lui-même, sur base du concept d’autodétermination, quand et dans quelle mesure toute information relevant de sa vie privée peut être communiquée à autrui ».

    Lire la suite

  • De l’éthique sur l’étiquette

    De plus en plus de consommateurs demandent de "l’éthique sur l’étiquette". En réponse à cette pression, distributeurs et marques se disent préoccupés par la qualité sociale, environnementale et étique des produits qu’ils commercialisent.

    Lire la suite

  • Il est temps que les progressistes se souviennent de la première règle en politique

    Aujourd'hui plus que jamais, il est important que les progressistes se souviennent de la première règle en politique: les gens votent pour quelqu'un qui pense à ce qu'il faut faire pour eux, pas ce qu'il a fait avant.

     

    Le problème c’est que la crise semble avoir accaparé beaucoup de progressistes à défendre les acquis du passé au lieu d'aller de l'avant.

     

    Les progressistes ont adopté un grand nombre des principes fondamentaux de la politique économique néolibérale et se sont mis du mauvais côté de la dichotomie entre avenir et le passé, ce qui aggrave le vote progressiste.

     

    Ils se sont employés à apaiser les craintes des employés du secteur public et les emplois conventionnés, sans tenir compte des jeunes, des chômeurs et de ceux qui aspirent à une économie plus durable et inclusive.

     

    À cette fin, le programme des « progressistes » devrait non seulement inclure des investissements dans les secteurs économiques d’avenir, mais aussi offrir davantage de mobilité sociale, et de reconnaître que l'amélioration de la qualité de vie pour de nombreux citoyens nécessite de nouvelles institutions pour leurs permettre de contribuer au bien commun de la manière qu'ils préfèrent.

    Les citoyens devraient être en mesure de s'investir personnellement dans leurs collectivités.

     

    De même, la construction de sociétés plus solidaires et durables dépendra d’un secteur public qui est en mesure de faire les bons investissements sociaux et de créer de nouvelles institutions qui mobilisent et canalisent l'énergie des individus désireux de contribuer au bien commun.
  • Budget, il faut tenir compte des risques

    En cette période d’arbitrages budgétaires il devient important de réfléchir à développer une politique budgétaire durable (une politique budgétaire est considérée comme durable si le taux d'endettement n'augmente pas).

     

     

    Malheureusement les calculs de notre administration montrent que le vieillissement de la société conduit à un surcroît considérable des charges pour les finances publiques, qui entraîneront une augmentation massive de la dette.

     

     

    L’endettement croissant de la société ne pourra être maîtrisé que si les réformes destinées à préserver l’État social sont décidées et mises en œuvre rapidement. Plus les réformes interviendront tard, plus les corrections qui s'imposeront seront douloureuses.

     

    Ces prochaines décennies, il faudra aussi tenir compte de risques tels que les conséquences des changements climatiques, les épidémies ou une raréfaction et donc un renchérissement des ressources naturelles.

    C'est pourquoi il convient d'insister sur le fait que les finances publiques sont exposées à des risques qu'il n'est pas aisé de quantifier et qui soulignent encore la nécessité d'agir au niveau politique.

  • Politique : aux schémas classiques se sont substitués plusieurs clivages

    De nombreuses sociétés sont marquées par un profond mouvement de prise de distance par rapport aux allégeances politiques traditionnelles.

    Ce mouvement affecte la pérennité des choix politiques ancrés dans de fortes appartenances à la droite ou à la gauche.

    Au plan idéologique, le vieux clivage gauche-droite qui structure depuis des décennies les choix et les orientations politiques connaît une crise profonde.

    Aux schémas classiques se sont substitués plusieurs clivages traversant toute la société : sécurité et insécurité, ménages à un salaire et ménages à deux salaires, accès différenciés à la culture et aux ressources distribuées par l’État providence.

    L’univers de la droite est traversé d’une profonde fracture entre les références de la droite classique et celles de l’extrême droite.

    La culture de gauche est travaillée par le libéralisme et l’ouverture de l’économie aux grands vents de la mondialisation, tandis que la culture de droite ne renie pas l’État et la protection sociale.

  • Ethique et efficacité sont-elles réellement irréconciliables ?

    Les nombreux scandales régulièrement mis à jour par la presse concernant des pratiques condamnables d’entreprises vis-à-vis de leurs salariés, de l’environnement, voire de la société civile posent clairement la question des motivations de ces actes.

    Dans un contexte concurrentiel très fort sur le marché des biens comme sur le marché des capitaux, les entreprises se doivent d’assurer à leurs actionnaires une rentabilité toujours plus élevée.

    Ethique et efficacité sont-elles réellement irréconciliables ?

    Peut-on, au contraire, faire de l’éthique un levier d’efficacité ?

    Pour répondre à ces questions, j’observe dans un premier temps qu’éthique et efficacité semblent irréconciliables dans la mesure où la performance économique est mesurée quasiment exclusivement sur des critères financiers (taux de rentabilité, dépenses de recherche et développement, …) et que, dans ce cadre, l’éthique serait source de coûts supplémentaires.

    Toutefois, il serait plus juste d’avoir une vision plus large de la performance, incluant le bien-être de tous et pas seulement des propriétaires de l’entreprise... Il apparait qu’il existe des moyens pour que l’éthique devienne un levier d’efficacité, y compris financière.

    Ces moyens passent par l’implication des salariés, l’innovation, la conquête de nouveaux marchés ou encore la possibilité d’accroître significativement ses parts de marché dans des secteurs d’activités peu dynamiques.

    L’éthique, selon Aristote, a pour objet « le domaine de l’activité humaine reposant sur une décision », et d’après l’European Business Ethic Network (EBEN), « l’éthique n’est pas un ensemble de principes figés mais une ouverture d’esprit conduisant à la réflexion continue dans la recherche du bien ».

  • Il n’existe pas de définition « objective » de la "classe moyenne". Libre à chacun de placer la barre où il l’entend.

    La classe moyenne s’installe au cœur du débat politique, elle est très courtisée par les partis politiques, certains n'hésitant pas à se proclamer "parti de la classe moyenne".

    Mais, c’est sous l’angle de la question des inégalités sociales et de leur prise en compte par le système de transferts sociaux et fiscaux que devrait se situer le débat.

    L’utilisation de la notion de classes moyennes n’est pas neutre et implique une certaine lecture de la réalité sociale.

    Le comportement politique de la classe moyenne varie beaucoup, une partie d'entre elle vote à gauche, l'autre à droite.

    De plus, le sentiment d'appartenance à la classe moyenne est très subjectif, et les gens ont tendance à tous vouloir se situer dans cette classe.

    Il n’existe pas de définition « objective » de la "classe moyenne". Libre à chacun de placer la barre où il l’entend.

    Pour ma part, la classe moyenne se situe entre les 30 % des salaires les plus bas et les 20 % des personnes les mieux rémunérées, soit 50 % de la population.

    Et sa valeur économique varie d’un canton à l’autre... en moyenne Suisse, selon l'OFS, les revenus par foyer fiscal varient entre 47'000.- et 210'000.- par an.