29/02/2012

Course au Conseil d'État

Avantage pour la gauche avec un delta de 4/7/5, tandis que la droite élargie présente un delta de 15/12/23*

La messe est dite !

*Ce sont les cotes d'un triangle qui définissent la surface dans laquelle des valeurs se rencontrent. Plus la surface est petite, plus ces valeurs sont partagées.

 

27/02/2012

Genève: où navigue la "droite" ?

La Gauche (PS, Verts, Ensemble à gauche) est unie autour du point -70/+25,
tandis que la droite est dispersée entre les points +7/+15 (PDC),  +15/+55 (Vert'liberaux), +30/+20 (PLR) et 31/-25 (UDC)...
C'est comme ça !

25/02/2012

Commune Libre du Bourg-de-Four

Face à la déliquescence du Pouvoir dans notre République quelques Citoyens ont décidé de se responsabiliser face à l’avenir de Genève. Ils créeront, le 29 février, la Commune Libre du Bourg-de-Four, afin de redonner envie aux citoyens de s’engager en politique…

24/02/2012

Le Conseil d’Etat trouvera-t-il son seconde souffle grâce à la Commune Libre du Bourg-de-Four ?

23/02/2012

Florilèges de questions posées par les Députés :

Allégations d'infiltration par la police genevoise d'ATTAC et de groupes altermondialistes : cela ne mérite-t-il pas une enquête du Conseil d'Etat ?

 

Quelle politique en matière de bénévolat dans le cadre d'évènements sportifs ?

 

Le Nouveau Testament est-il un petit texte ?

 

Pourquoi créer une chicane dangereuse et inutile à la route de Colovrex ?

 

Quid des géostructures énergétiques du CEVA ?

 

Que compte faire le Conseil d'Etat pour promouvoir les vélos-taxis, vélos-cargos et autres gyropodes ?

Interprétariat communautaire : Quelle est la politique du Conseil d'Etat ?

 

Aides-soignantes : peut-on espérer qu'il ne s'agit que d'une étape avant que les vraies questions ne soient posées ?

 

Réponses du Conseil d'Etat, dès 17 :00

 

18/02/2012

II mars, votations cantonales: école / violence

Au regard des deux sujets soumis à votations le  II mars, les dogmes de gauche et de droite se fissurent.
La gauche part divisée sur l'opportunité d'offrir un meilleur enseignement, la droite, elle est divisée sur l'octroi d'un droit à manifester.
Ce II mars serait-il l'aube d'une nouvelle distribution des cartes politiques ?

11/02/2012

Affaire "Mark Muller". Coût pour le contribuable, démission : ~ 367'000.- termine son second mandat : ~ 4'640'000.- 

08/02/2012

Le yachtman préfère...

Aujourd'hui trop de magistrats préfèrent bien faire les choses au lieu de faire les choses qu'il faut, préfèrent résoudre des problèmes au lieu de produire des alternatives créatrices, préfèrent préserver des ressources au lieu d'optimiser les ressources, préfèrent accomplir leur devoir au lieu d'aboutir à des résultats, etc.

Trop de magistrats vantent l'efficience de leur administration au lieu de leur efficacité.

Le dicton du yachtman: "Il ne s'agit pas de suivre le vent, ce qui importe, c'est la manière de tendre les voiles."

Pension annelle d’un conseiller d’Etat

La pension annuelle d'un conseiller d'Etat quittant sa charge après 8 ans est de CHF 116'595.- et de CHF 169'593.- après 12 ans (base 2012).

 

07/02/2012

le sentiment d'appartenance à la classe moyenne

L'utilisation de la notion de classes moyennes n'est pas neutre et implique une certaine lecture de la réalité sociale.

Depuis longtemps de nombreux discours politiques présentent la classe moyenne comme un pilier majeur de la société par son rôle de moteur du changement social, de stabilisateur de la société et de son système politique.

Au seuil de notre décennie, la classe moyenne s'installe au cœur du débat politique, essentiellement sous l'angle de la question des inégalités sociales et de leur prise en compte par le système de transferts sociaux et fiscaux.

Mais le comportement politique de la classe moyenne varie beaucoup. Les analyses montrent qu'une partie d'entre elle vote à gauche, l'autre à droite.

Et le sentiment d'appartenance à la classe moyenne est très subjectif, et les gens ont tendance à tous vouloir se situer dans cette classe.

Il n'existe pas de définition « objective » des classes moyennes. Libre à chacun de placer la barre où il l'entend.

Pour ma part, je situe la classe moyenne entre les 30 % des salaires les plus bas et les 20 % des personnes les mieux rémunérées, soit 50 % de la population.

Sa valeur économique varie d'un canton à l'autre, à Genève la classe moyenne déclare des revenus entre 57'000.- et 98'000.-. En moyenne Suisse, la classe moyenne se situe entre 48'000.- et  83'000.-.

 

02/02/2012

Je n'aime pas les piétons !

Voilà le cri du cœur de ces élus de gauche (Olga Baranova, Maria Casares Pierre Gauthier, Pascal Holenweg, Stefan Kristensen Virginie Studemann, Nicole Valiquer, Pierre Vanek, Salika Wenger et Chrsitian Zaugg) lors des débats du Conseil municipal en refusant de soutenir les "50 rues piétonnes" pour Genève.

31/01/2012

Conseil d'état...rien va plus, faites vos jeux !

David Hiler traite les socialistes d'ânes, et François Lomgchamp parle de fiscalité.
Noir, impair et passe
Et pendant ce temps...Mark Muller négocie sa sortie, Pierre-François Unger cherche un successeur, Charles Beer se demande ce que vont faire les enfants le mercredi matin, Isabel Rochat devient pupille de la République...
Tiens, il manque quelqu'un...
Michèle Kunzler est encore bloquée dans son tram.
Faites vos jeux, rien va plus !

25/01/2012

La partitocratie constitue une régression. 

Montesquieu insistait sur la séparation des pouvoirs, idéal à atteindre pour garantir les libertés citoyennes.
En abattant toutes les cloisons entre ces pouvoirs, la partitocratie a annulé la démocratie au sens où l’entendait Montesquieu.
Par rapport à l’idéal démocratique, la partitocratie constitue donc une régression. Et non, comme elle le prétend trop souvent, son accomplissement définitif.

24/01/2012

Fusion des Polices ?

Les instances politiques limitent trop souvent le débat à un nombre restreint de problèmes, parce que ce sont des problèmes qu’elles « pensent pouvoir contrôler », plutôt que de s’attaquer aux problèmes fondamentaux et qui nécessiteraient une refonte importante des politiques actuelles.
Notre sécurité, ou le rétablissement de notre sécurité, est un enjeu de démocratie bien vécue.
Deux moyens d’action sont à disposition pour rétablir notre sécurité:
1) Prendre des mesures à court terme, qui doivent se traduire par des résultats rapides et visible, par exemple appliquer la loi et créer une seule force de sécurité.
2) Agir sur le long terme, avec un objectif avoué de s’attaquer à la source des problèmes.
Le besoin de sécurité compte parmi les attentes le plus pressante de la population.
Il appelle l’action multi-services aptes à maitriser la diversité des espaces de vie et à agir de manière appropriée.

21/01/2012

Constitution: seconde lecture...

Il est « drôle » de constater que, d'un côté les constituants roses/verts militent pour que les étrangers aient le droit de vote et d'éligibilités, et que de l'autre côté, ces mêmes constituants refusent d'assurer à tous les citoyens l'équité en militant avec fougue contre la suppression du quorum électoral !

01/01/2012

Et si cette année les vœux par FaceBook supplantaient les SMS…

11/12/2011

Thierry Durand/ Bruno Zuppiger

C'est seulement sous la pression médiatique, que le Président des Verts genevois se fend d'un communiqué lapidaire, pour annoncer la condamnation pénale de l'un de ses Conseillers administratifs.

Un simple avertissement pour une fraude électorale, est-ce une posture irréprochable pour les Verts face à de tels actes ?

Le Président des Verts genevois devrait avoir une position plus ferme, surtout  après son implication dans l'affaire Cerutti à Vernier, sur tous les actes délictuels venant de son parti.

Les Verts, premiers à monter sur les barricades pour condamner la politique de l'UDC, sortiront grandis de prendre exemple sur la droiture politique du parti agrarien, qui n'hésite pas à disqualifier un candidat suspecté, mais pas encore condamné.

Héraults de la morale en politique, chantres de la transparence, les Verts sont face à des responsabilités qu'ils n'osent pas assumer.

03/12/2011

Ville de Genève : 2012 commencera le 10 décembre

 

Les ajustements nécessaires pour équilibrer le budget seront considérés comme une réduction arbitraire et comme une cause probable de la détérioration de la politique économique municipale au cours des prochaines années.

C'est, du moins, le sentiment écrasant des fonctionnaires qui voient, déjà, leurs anuités remises en cause, avant que ne leurs soient imposés des réductions de salaire.

Ce nouveau Conseil administratif, dirigé par des paramètres politique, sera obligé de présenter des déficits excessifs et à prendre d'urgence des mesures drastiques.

Ces coupures budgétaires conduiront à des conflits, mais ces ajustements seront le prélude à des manifestations plus graves et plus durables.

L'ajustement budgétaire que présentera le Conseil administratif de la Ville de Genève est seulement une maquette qu'il devra appliquer pour répondre aux exigences d'un budget équilibré.

Quel que soit le budget qui sera proposé le 10 décembre, ainsi qu'une grande partie de sa gestion sera de concevoir des mesures d'austérité qui se traduiront par de douloureuses coupes dans les dépenses publiques, voir le gel des salaires, des hausses d'impôts et une baisse spectaculaire des prestations.


Mais ce programme d'austérité devra être appliqué de différentes manières tout en en essayant de ne pas endommagé la colonne vertébrale sociale de l'Etat providence.


Pour gérer une période de dépression économique, le Conseil administratif aura besoin de quelques vertus, et pas sûr que le citoyen comprenne la nécessité de réduire les dépenses publiques...

 

15/11/2011

La Constituante va droit dans le mur, et en plus elle klaxonne !

laquais.jpg

Emmenée par le nucléariste Michel Barde, la Constituante a amputé la Constitution genevoise de l’un des piliers auquel les Genevois sont le plus attaché, soit l’article 160 E dit article « anti-nucléaire ».

Les néolibéraux ont pas agit seuls, ce travail de dépeçage a été facilité par la collaboration des Verts, notamment le vert « historique » Andreas Saurer, et par les socialistes.

Après plus de 40 ans de lutte anti-nucléaires, les verts ont cédé aux sirènes productivistes des socialistes, et aujourd’hui ils ont montré leur vrai visage, celui de laquais.

 

09/11/2011

Francis Walpen connait pas son dossier !

 

La lecture de l'article publié, par la Tribune de Genève, sous la plume de Christian Bernet est stupéfiante. Il donne uniquement la parole aux partisans du projet de PLQ dit « Challendin ».

Christian Bernet donne la parole à Francis Walpen sans vérifier ses dires.

A la lecture des arguments qu'il développe, il faut rétablir la vérité :

1)   Les immeubles dépasseront les 13.5 mètres de haut pour s'établir à 15 mètres.

2)   Impossible de garantir l'accès aux habitants de Chêne-Bougeries.

3)   Pas de commerces de proximité, la Commune s'y refuse, seulement des cabinets médicaux sont prévus.

4)   L'accès au complexe par le seul chemin Challendin s'avère problématique.

Voilà pour l'essentiel en regard de l'article précité.