16/03/2012

« Penser à long terme, épargner pour les générations futures, sobriété et éthique professionnelle ».

Ces valeurs léguées par le réformiste protestant Jean Calvin sont encore d’actualités, 500 ans plus tard, pour sortir de la crise économique, elles peuvent servir de combustible pour alimenter le capitalisme d’aujourd’hui.
Il faut toutefois rester attentif aux nouveaux signes de puritanisme qui peuvent resurgir…
Pour rappel, Jean Calvin, s’est confronté à l’église romaine dans sa lutte contre la corruption qui gangrenait le clergé.

05/03/2012

Politique: les banques investissent mais à l'envers du bon sens

je lis ce jour, en page 5 de la TdG, que le Crédit Suisse répartira ses dons en fonction de l'importance de la représentation des diverses fractions.
Il faut savoir que les partis les mieux représentés sont déjà les plus soutenus par la Confédération.

L'intelligence devrait obliger à procéder à une répartition inversement  proportionnelle.
Premier pas vers un rééquilibrage des ressources financières.

11/02/2012

Affaire "Mark Muller". Coût pour le contribuable, démission : ~ 367'000.- termine son second mandat : ~ 4'640'000.- 

07/02/2012

le sentiment d'appartenance à la classe moyenne

L'utilisation de la notion de classes moyennes n'est pas neutre et implique une certaine lecture de la réalité sociale.

Depuis longtemps de nombreux discours politiques présentent la classe moyenne comme un pilier majeur de la société par son rôle de moteur du changement social, de stabilisateur de la société et de son système politique.

Au seuil de notre décennie, la classe moyenne s'installe au cœur du débat politique, essentiellement sous l'angle de la question des inégalités sociales et de leur prise en compte par le système de transferts sociaux et fiscaux.

Mais le comportement politique de la classe moyenne varie beaucoup. Les analyses montrent qu'une partie d'entre elle vote à gauche, l'autre à droite.

Et le sentiment d'appartenance à la classe moyenne est très subjectif, et les gens ont tendance à tous vouloir se situer dans cette classe.

Il n'existe pas de définition « objective » des classes moyennes. Libre à chacun de placer la barre où il l'entend.

Pour ma part, je situe la classe moyenne entre les 30 % des salaires les plus bas et les 20 % des personnes les mieux rémunérées, soit 50 % de la population.

Sa valeur économique varie d'un canton à l'autre, à Genève la classe moyenne déclare des revenus entre 57'000.- et 98'000.-. En moyenne Suisse, la classe moyenne se situe entre 48'000.- et  83'000.-.

 

03/12/2011

Ville de Genève : 2012 commencera le 10 décembre

 

Les ajustements nécessaires pour équilibrer le budget seront considérés comme une réduction arbitraire et comme une cause probable de la détérioration de la politique économique municipale au cours des prochaines années.

C'est, du moins, le sentiment écrasant des fonctionnaires qui voient, déjà, leurs anuités remises en cause, avant que ne leurs soient imposés des réductions de salaire.

Ce nouveau Conseil administratif, dirigé par des paramètres politique, sera obligé de présenter des déficits excessifs et à prendre d'urgence des mesures drastiques.

Ces coupures budgétaires conduiront à des conflits, mais ces ajustements seront le prélude à des manifestations plus graves et plus durables.

L'ajustement budgétaire que présentera le Conseil administratif de la Ville de Genève est seulement une maquette qu'il devra appliquer pour répondre aux exigences d'un budget équilibré.

Quel que soit le budget qui sera proposé le 10 décembre, ainsi qu'une grande partie de sa gestion sera de concevoir des mesures d'austérité qui se traduiront par de douloureuses coupes dans les dépenses publiques, voir le gel des salaires, des hausses d'impôts et une baisse spectaculaire des prestations.


Mais ce programme d'austérité devra être appliqué de différentes manières tout en en essayant de ne pas endommagé la colonne vertébrale sociale de l'Etat providence.


Pour gérer une période de dépression économique, le Conseil administratif aura besoin de quelques vertus, et pas sûr que le citoyen comprenne la nécessité de réduire les dépenses publiques...

 

02/06/2011

Le Conseil National n’aime pas les consommateurs

conseil national.jpg

Par  91 voix contre 60 voix, 3 abstentions et 42 absences (non excusées), les Conseillers nationaux ont refusé la  proposition  du Conseil des Etats ci-dessous :

 

« Agit de façon déloyale celui qui, notamment, utilise des conditions générales qui, en contradiction avec les règles de la bonne foi, prévoient, au détriment du consommateur, une disproportion notable et injustifiée entre les droits et les obligations découlant du contrat »

 

Dont l’objectif était de donner aux consommateurs un moyen de faire valoir ses droits.

 

En cette année électorale, il est intéressant d’identifier parmi les élus genevois au Conseil National ceux qui se sont opposés à cette modification :

Brunschwig Graf (PLR), Hiltpold (PLR), Nidegger (UDC), Reymond (UDC)

 

Que chaque consommateur se souvienne des ces députés au moment de faire le choix de ses représentants au Palais Fédéral…

Détail des votes (ICI)

 

28/01/2011

Election municipale en Ville de Genève : le coût d’un candidat

La Tribune de Genève, du 28 janvier, publie les budgets engagés par les différentes formations en quête de sièges …

Au-delà des sommes engagées par chaque parti, il me semble intéressant d’identifier l’investissement par candidat, soit :

PDC ; 12'571.-

Socialistes ; 10'938.-

PLR ; 7'609.-

Les Verts ; 4'865.-

MCG : 2'424.-

Ensemble à gauche ; 2'222.-

Vert’libéraux (estimation) ; 1'666.-

UDC ; 1'471.-

Alliance bleue ; 567.-

 

Reste à connaitre le prix un élu ? Réponse le 13 mars !

 

04/10/2010

Le PLR n'a-t-il plus l'habitude de faire campagne sans le soutien d’ « economiesuisse » ?

Campagne pour le contre-projet à l'initiative sur le renvoi des étrangers criminels: "malheureusement, economiesuisse ne donne rien", se plaint le Conseiller national Hugues Hiltpold (PLR/GE).

07/09/2010

La Ville de Genève présente un budget, 2011, électoraliste…

Avec une augmentation de 6.34% du poste « subventions », le budget 2011 peut se définir comme « électoraliste ».

Parmi les récipiendaires de cette manne publique, nous trouvons de nouveaux bénéficiaires, comme :

le Forum des démocraties participatives : 50'000.-

la Plate-Forme Associations d'Aînés Genève : 75'000.-

les Projets aînés isolement : 325'000.-

le Bureau culturel : 30'000.-

l’Association LIFT Conférence : 100'000.-

les  Fêtes de Genève : 70'000.-

 

Certains voient leurs subventions passer à la trappe, comme :

l’Association Communauté Emmaüs : -41'200

les frais d'exploitation des bus pour les lignes 35 (hôpital), 36(Vieille-Ville) et 32 (Jonction) : - 427'000.-

ou encore les sauveteurs auxiliaires : -34'000.-

 

Et la masse salariale continue d’augmenter …+4,29%

Vous voulez que Billag restitue les 67 millions ? Faites le savoir au porte-parole de Billag, par sms au 079 777 53 60

06/09/2010

Le chômage augmente chez les jeunes confirme l’administration fédérale

Le chômage des jeunes est en augmentation, chiffres confirmés par l’administration fédérale !

 

Selon les relevés de l’administration fédérale (SECO), en 2009, le taux de chômage chez les jeunes (15-24 ans) a augmenté de 9'041 personnes par rapport à 2008, passant de 3,0% à 4,6% !

 

A fin 2009, 25’401 jeunes (15-24 ans) étaient inscrits au chômage auprès des offices régionaux de placement.

 

 

Source : Secrétariat d'Etat à l'économie SECO

22/04/2010

Partis politiques : structure des dépenses (hors élections)

dépenses.jpg

Lire la suite

20/04/2010

Partis politiques : structure des ressources financières…

structure.jpg

Lire la suite

18/04/2010

Un député, ça rapporte combien ?

grand conseil 2.jpg Avant de connaitre les coûts politiques d’une députation… je vous propose comme « mise-en-bouche », de découvrir ce qu’a rapporté chaque député à son parti, pendant la 56ème législature…

Lire la suite

23/03/2010

Baromètre 2010 « Baromètre romand du développement durable »

dd.jpg Le « Baromètre romand du développement durable » est le résultat de la première étude de marché quantitative et qualitative sur le comportement, les attentes et la compréhension des Romands en matière de développement durable. L’objectif est d'offrir un panorama exhaustif et représentatif des sensibilités et tendances en la matière et en termes de consommation.

Cette première étude - réalisée auprès de 1000 individus représentatifs de la population suisse - a permis de confirmer que la population peut être divisée à 50% entre les acquis en matière de DD et les non acquis à la thématique du DD.

Le baromètre romand du développement durable c’est :

  • 12 profils type permettant de classifier les Romands selon leurs comportements, leurs habitudes, leurs attentes et leurs compréhensions de la notion de développement durable au quotidien
  • Le regard et l’expertise d’un « pool » de compétence unique entre une association, une haute école de gestion et une société d’intelligence marketing
  • Les grandes tendances romandes en termes de consommation responsable et d’engagement pour le développement durable

 

Téléchargez l’étude ci-dessous :

http://www.swisstainability.org/telecharger-etude/

 

07/03/2010

Loi sur l’énergie : Genève-Ville dit NON !

rénovation écologique.jpg En ville de Genève, seul les quartiers de Rive, Florissant/Malagnou et Champel acceptent la novelle loi.

Au niveau du canton les communes de Corsier, Anières, Collonge-Bellerive , Vésenaz, Cologny et Vandoeuvres acceptent la loi avec un taux supérieur à 69%

Tandis que les communes suburbaines refusent la loi ; Carouge, Grand-Lancy ,Onex, Lancy, Vernier, Meyrin

12/02/2010

Résolution "120 jours": les absents étaient sur les bancs de l’entente (PDC) et de l'UDC

Lors de la votation sur la résolution demandant au Conseil d’Etat de solliciter « sans délais l’augmentation de 400 à 520 jours la durée de l’indemnisation de l’assurance chômage » les absents étaient des députés de l’entente et de l’UDC

PDC : Serge Dal Busco, UDC : Antoine Bertchy

Sur les bancs des supporters de la résolution tous les députés étaient présents.

Résultat : 49 pour (PS, Verts et MCG) / 48 contre (Libéral, PDC, Radicaux et UDC)

 

 

27/01/2010

Les recettes, financières, d’un parti politique

argent.jpg Pour un parti politique ayant des élus, la répartition des rescousses financières suit la règle des «50/50».

Pour moitiés, les recettes financières proviennent des membres et des sympathisants à travers les cotisations et les dons.

Les autres 50% sont les contributions des élus par le versement d’une quotepart de leurs jetons de présence, tant au Grand Conseil, que dans les divers conseils d’administrations d’entreprises publiques, parapubliques ou des conseil des commissions extraparlementaires

Pour un parti en création, seul peut être pris en compte les cotisations des membres et les dons généreux de sponsors, particuliers ou institutionnels.

25/01/2010

Combien coûte un parti politique ?

franc suisses.jpg

Au minimum, 300'000.- par an pour un parti avec des ambitions cantonales.

Toutefois, il faut investir en tout cas sur 4 ans, soit 1'200'000.- par législature, si l’on veut avoir une chance d’élire des candidats.

Démonstration :

Locaux : 100m2 à 300.- soit 30'000.-/an.

Personnel : 1 secrétaire central ; 120'000.-/an.

1 secrétaire administratif ; 75'000.-/an.

Campagnes électorales : 60'000.-/an, soit 240'000 pour une élection au Grand Conseil.

Actions promotionnelles : 15'000.-/an.

Voilà… c’est un total de 300'000.-

Et bien sur, j’oublie les charges inhérentes aux diverses sections communales.

On peut ajouter 20'000.-/an par section !