Culture - Page 10

  • 23 octobre : c’est la dichotomie gauche/droite qui se meure…

    gauche droite.jpg

    Plus qu’une recomposition du centre, c’est bien l’émergence d’une nouvelle dichotomie qui s’installe dans le paysage helvétique. N’en déplaise aux faiseurs d’opinion, « fesseurs » qui devront déplacer leurs curseurs.

    Lire la suite

  • De l’incapacité des Verts à se restructurer

    undate verts.jpg

    La cohérence théorique de la structure de l’écologie politique doit se donner les moyens de construire une grille de lecture permettant d’aborder toutes les questions individuelles et sociales, et de jeter les bases d’un modèle de société global qui exprime son système de valeurs : responsabilité, autonomie, et solidarité.

     

    Ce modèle de société représente une véritable alternative aux visions néolibérales ou marxisantes, dont beaucoup de nos concitoyens reconnaissent les limites, peut constituer l’une des issues possibles pour une société en recherche de sens.

    La crédibilité de l’écologie politique, dans le paysage politique suisse, passe donc par l’éthique de la responsabilité, des solutions pour une émancipation de l’homme et son épanouissement fondé sur sa capacité à choisir, sur la qualité de vie et sur un autre rapport à la nature.

    Ce sont ces fondements philosophiques qui font la force et la cohérence de l’écologie politique. Il faut aujourd’hui, à ce stade de sa restructuration, reprendre le lien avec ses racines pour entraîner la société dans un mouvement de transformation majeur.

    Mais toujours, cantonnés à une de force d’appoint des socialistes, les Verts n’en sont pas capables…

     

  • La véritable origine de l'expression "Le mariage de la carpe et du lapin" (toute ressemblance avec l’actualité serait fortuite).

    Un beau matin
    Jeannot Lapin
    Lissait sa pelisse,
    Se mirant et s’admirant,
    Tel Narcisse,
    Dans l’eau flatteuse d’un étang.

    Dans le reflet du miroir,
    Dame Carpe allait nageant
    En agitant ses nageoires
    Nonchalamment.

    Cupidon passait céans
    Ayant fort mauvaise mine.
    Poussé par une humeur chagrine,
    Il voulut que sa flèche aille
    Transpercer à la fois le cœur
    De la dame aux mille écailles
    Et de notre mignon rongeur.

    Aussitôt à la folie ils s’aiment
    Et veulent devenir amants
    Réalisant dans l’instant même
    Qu’ils ont chacun leur élément.

    C’est bien connu le lapereau
    A peur de l’eau!
    Pourtant, tout de courage,
    Il plonge et nage,
    Pour honorer l’oblongue élue.
    Las! Ses efforts sont superflus,
    Et sans avoir pu consommer,
    Le poids de sa pelisse
    A tôt fait de l’entraîner
    Dans les Abysses.

    Dame Carpe, qui ne prononce
    Jamais un mot de trop,
    En silence le remonte
    Sur le rivage, où Jeannot
    Boit sa honte mais ne renonce:
    Il faudra bien qu’il la monte!

    C’est bien aussi dans les idées
    De notre carpinidée
    Qui sur la berge d’un bond se hisse;
    Notre lapin veut faire l’amant
    Mais sur le bleu ses assauts glissent
    Infiniment;

    Bientôt notre pauvre poissonne
    Vient à manquer d’eau. Elle suffoque,
    L’heure de la retraite sonne;
    Foin d’amours loufoques!

    Voici pourquoi fut aussi triste
    Le mariage de la carpe et du lapin
    Tout cela à cause d’un galopin

  • Associations : Dissolution

    dissolutiobn.JPG

    Sauf éléments contraires explicités dans las statuts d’une association, la dissolution peut être prononcée uniquement par les membres (CC.art.67, 76 D) et en aucun cas cette compétence peut être déléguée.

  • Haute fonction publique et politique sont-ils compatibles ?

    A la connaissance que deux hauts fonctionnaires briguent un mandat politique d’importance, l’exécutif d’une ville, la seconde de Suisse, appelle quelques réflexions…

    Tout d’abord, celui du degré d’indépendance ou, au contraire, de subordination, qui existe entre l’administration et le pouvoir politique. Ensuite, se pose la question de la place des fonctionnaires en politique et, de manière corrélative, de la relative politisation de l’administration.

    Ce passage de hauts fonctionnaires vers le monde politique semble avoir mis à mal, au moins en partie, la tradition de neutralité politique de la haute fonction publique.

    Il existe là une différence essentielle avec la fonction publique anglaise. En effet, cette dernière a maintenu ce principe de stricte neutralité politique du Civil service.

    C’est ainsi que tout fonctionnaire qui décide de se présenter aux élections doit démissionner, non pas une fois l’élection acquise, mais dès lors qu’il fait acte de candidature. La prise de risque est à l’évidence plus grande que dans notre système.

    Et Enfin, la politisation de l’administration est un problème…

    Si les rapports entre politique et administration sont aujourd’hui très complexes, force est de constater qu’ils l’ont en réalité toujours été.

  • 20 mai : fin du principe de laïcité à Genève

    Jeudi prochain (20 mai), nos 80 constituants mettront fin au principe de laïcité dans la République et Canton de Genève !

    C’est par l’adoption de deux thèses (103.11a et 103.51a) que nos constituants supprimeront la laïcité à Genève :

    La thèse 103.11a « l’état, les communes et les institutions publiques sont laïques. Ils observent une naturalité religieuse ».

    Mais par 9 voix contre 4 et une abstention, la commission, en charge d’étudier les dispositions générales et les droits fondamentaux (1) refuse le principe de séparation entre l’état et les communautés religieuse !

    La thèse 103.51a « l’état garanti, par la loi, le statut et le subventionnement de la Fondation de la faculté autonome de théologie protestante » acceptée en commission par 10 voix, 4 contre et 2 abstentions !

    Pour rappel cette commission est présidée par Maurice Gardiol ; socialiste et ancien diacre Eglise Protestante de Genève.

  • 20 mai 2010: fin du principe de laïcité à Genève

    Le 20 mai prochain, nos 80 constituants mettront fin au principe de laïcité dans la République et Canton de Genève !

    C’est par l’adoption de deux thèses (103.11a et 103.51a) que nos constituants supprimeront la laïcité à Genève :

    La thèse 103.11a « l’état, les communes et les institutions publiques sont laïques. Ils observent une naturalité religieuse ».

    Mais par 9 voix contre 4 et une abstention, la commission, en charge d’étudier les dispositions générales et les droits fondamentaux (1) refuse le principe de séparation entre l’état et les communautés religieuse !

    La thèse 103.51a « l’état garanti, par la loi, le statut et le subventionnement de la Fondation de la faculté autonome de théologie protestante » acceptée en commission par 10 voix, 4 contre et 2 abstentions !

    Pour rappel cette commission est présidée par Maurice Gardiol ; socialiste et ancien diacre de l'Eglise Protestante de Genève

  • Baromètre 2010 « Baromètre romand du développement durable »

    dd.jpg Le « Baromètre romand du développement durable » est le résultat de la première étude de marché quantitative et qualitative sur le comportement, les attentes et la compréhension des Romands en matière de développement durable. L’objectif est d'offrir un panorama exhaustif et représentatif des sensibilités et tendances en la matière et en termes de consommation.

    Cette première étude - réalisée auprès de 1000 individus représentatifs de la population suisse - a permis de confirmer que la population peut être divisée à 50% entre les acquis en matière de DD et les non acquis à la thématique du DD.

    Le baromètre romand du développement durable c’est :

    • 12 profils type permettant de classifier les Romands selon leurs comportements, leurs habitudes, leurs attentes et leurs compréhensions de la notion de développement durable au quotidien
    • Le regard et l’expertise d’un « pool » de compétence unique entre une association, une haute école de gestion et une société d’intelligence marketing
    • Les grandes tendances romandes en termes de consommation responsable et d’engagement pour le développement durable

     

    Téléchargez l’étude ci-dessous :

    http://www.swisstainability.org/telecharger-etude/

     

  • Culture : les députés ont gouté au billard à 3 bandes !

    billard.jpg Lors de la séance du Grand conseil en date du 19 mars, les députés regardaient le puck, et ne l’ont pas vu venir. Sans doute à cause de l’heure tardive des débats.

    Entre la résolution 586 : « pour une politique culturelle genevoise durable et ouverte sur son temps » que les socialistes refusent et la pétition 1662-A : « donnons des espaces à la culture » que l’entente (sans le PDC), le MCG et l’UDC renvoient au Conseil administratif de la Ville de Genève, les députés se sont essayés au billard à trois bandes entre Confédération, Canton et Ville…

    C’était une occasion unique de prendre la main sur la politique culturelle au delà du clivage droite/gauche, et de donner un signal fort à la jeunesse genevoise, aux acteurs culturels et de promouvoir un véritable partenariat entre le « public » et le « privé ».

    Dommage que la culture reste l’otage d’une dichotomie ancestrale !

  • La respectabilité du MCG passera-t-elle par une condamnation sans équivoque de l’initiative « anti-minarets » et un engagement fort pour la combattre ?

  • Prime aux sortants

    Cet automne peu de places pour les « petits nouveaux » au Grand conseil genevois.

    Seulement 30 sièges seront réellement à repourvoir, car 70 députés sortants se représentent …

    Mais tous les partis ne sont pas égaux face à l’opportunité d’accueillir  ces « petits nouveau », les chances d’être élu varient d’un parti à l’autre :

    PS > 47%, Radical > 33%, Verts > 31%, PDC > 13%, Libéral 13%, MCG 12%. (pas de données pour les députés UDC).

    L'opinion publique a tendance à offrir une prime aux députés sortants.

    De plus, le sortant bénéficie d'un avantage considérable allant bien au delà de la prime au sortant : accès favorisé aux media (c’est un élu !) maîtrise des enjeux, diverses aides et services (notamment celles du secrétariat du Grand Conseil…