La guerre droite/ gauche est terminée

Plus qu’une recomposition du centre, c’est bien l’émergence d’une nouvelle dichotomie qui s’installe dans le paysage helvétique. N’en déplaise aux faiseurs d’opinion, « fesseurs » qui devront déplacer leurs curseurs.

Dépasser ce constat devient un impératif, une évidence, ce dont nous avons besoin c’est une redistribution des cartes politiques.

Nos concitoyens sont de plus en plus nombreux à comprendre qu'il faut changer de logique, de faire un saut, parce qu'ils font le constat que  "ça ne peut pas durer comme ça", manquent encore des moyens pour voir clairement ce qui distinguerait une politique de gauche ou de droite.

Cette ligne pas encore bien définie et troublante parce qu'elle se fonde sur des constats, peut être partagés par un électorat de gauche comme de droite, qui préfigure une nouvelle dichotomie ; progressistes/conservateurs.

Commentaires

  • Je suis d'accord avec vous.

    Je dirai les "humaniste" dans le sens d'une évolution qui s'attache à satisfaire une humanité : Redonner une âme aux villes et villages, ….
    On peut appeler ça conservatisme, mais je n'aime pas ce mot. Il s'agit d'un besoin humain qui est aussi vieux que la civilisation.

    Et il y a les "matérialistes" ou "technologiste" qui suivent une logique de profit pur, et donc d'une croissance qui dépend des technologies.
    "Progressiste" dans le sens, développement de la technologie et ses conséquences du remplacement de l'humain par l'IA, oui, humainement, c'est une régression.

    Les besoins de l'humain étant différents entre tous (du psychopathe à l'empathique), on arrive à un tournant.
    Pourquoi maintenant ? Parce que, les besoins humains pour une partie de la population, conséquence du 20ème siècle, ne sont plus comblés et l'IA va renforcer ce processus. Ce malaise va rebattre les cartes politiques.

    Gauche/droite, les 2 par l'héritage du 20ème siècle sont "progressiste", même l'UDC par sa mouvance ultralibérale.
    Les nouveaux partis ont l'innocence avec eux, à eux de ne pas devenir has-been. Si ils ne font pas du "ringard", les Verts peuvent siphoner le PS et le PLR.
    C'est aussi un bon moment pour l'éveil de nouveaux partis.

  • Le problème avec les verts c'est que pour beaucoup ce sont des rouges repeints en vert et il suffit de gratter un peu pour retrouver la couleur d'origine!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel