Violence à l'école, c'est aussi la rentrée

Le thème de la «violence à l’école» est totalement absent des statistiques de police.

Et pourtant !

Dans un grand concert quasi consensuel, l’école semble submergée par la violence.

Cette violence ne concerne guère les enseignants qui doivent surtout faire face à des manifestations plus dures de rébellion.

Ce que les enseignants appellent la violence, c’est fondamentalement l’irrespect dont la forme la plus grave est l’injure.

On ne s’étripe pas encore dans toutes les cours de récréation. Ce n’est pas en termes de crimes et délits qu’il faut penser la violence scolaire.

Mais, il faut prendre au sérieux les formes moins spectaculaires de violence que sont les « incivilités » car elles témoignent en certains lieux d’une désorganisation du monde scolaire.

Ce qui empoisonne la vie de certains enseignants, ce sont bien plutôt les injures, les regards provocateurs, le bavardage incessant, le « je-m’en-foutisme », soit les diverses formes de non-respect de leur autorité et de dénigrement de leur fonction.

C’est le durcissement d’un phénomène qui n’est cependant pas nouveau : le «chahut », mais la véritable violence est celle des élèves entre eux !

 

Commentaires

  • Quelqu'un me demandai aimablement de fermer mon clapet et de cesser de lui écrire.

    Cette personne avait autrefois été victime d'un dépression non dépistée ni soignée devenue chronique.

    Ainsi en repartant en amont est-il possible de ne pas se ronger les sangs à partir d'une offense.

    L'histoire évangélique du figuier est a priori absurde. Un homme (Jésus) qui enseigne à ne pas condamner un arbre avant de voir s'il y aurait moyen de le traiter... condamne un figuier "qui ne porte pas de figues "quand il n'est pas la saison qu'il en porte"!

    Histoire de fous?

    Si le figuier est abordé comme un symbole… par exemple, pour notre époque, un enfant normalement doué qui ne rapporterait pas de bonnes notes (bonnes figues) de l'école nous inviterait à nous demander pourquoi: quel âge mental a l'enfant et quel est son développement (variété de figuiers qui apportent leurs fruits à une saison donnée) programmes scolaires adaptés… l'école pour les enfants ou les enfants pour l'école…?

    Ou, variété de figuiers qui donnent des fruits toute l'année à condition qu'il ait fait le temps ou le climat qui lui convient.

    Cet enfant serait-il perturbé: ambiance ou climat familial, scolaire... loisirs camarades, etc.?

    Françoise Dolto soignant de tels enfants allait jusqu'à se cacher dans les vestiaires de leurs écoles pour voir arriver ces enfants.

    Moyens,bonne aisance matérielle atout, certes, mais que devient-on sans amour ou sans tendresse… qualité d'écoute comme d' attention?

    Non pas tant se contenter de se demander quoi faire concernant la violence à l'école mais pourquoi concernant aussi bien les enfants, les familles, les couples… relationnel, professionnel…

    Enseignants vies satisfaisantes y compris sentimentales, directeurs et politique/s

    Société… sites Internet pornographie pour les "d'jeunes" désormais.

    Comment nos jeunes nous regardent-ils?

    Le récit évangélique ainsi présenté est à comparer à de la terre glaise.
    A nous de lui donner forme.

    Harmonie, loi de la vie enseignait le psychanalyste et philosophe français d'origine autrichienne PAUL DIEL Payot

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel