Le bruit, pollution du XXIème siècle

Un bruit trop présent peut nous rendre malades. Or nous ne pouvons pas échapper aux nuisances sonores, ni le jour ni la nuit, car nous n'avons pas la possibilité de fermer nos oreilles.

De plus, nous ne pouvons pas nous habituer au bruit, nous endurcir à cette gêne ni nous immuniser contre celle-ci.

Le bruit est une forme de pollution environnementale sous-estimée et négligée. Pourtant, le bruit rend malade et génère des coûts de santé élevés.

Les conséquences du bruit quotidien sur la santé sont plus graves que l'on ne le pense généralement. Troubles du sommeil et de la digestion, hypertension, infarctus du myocarde, dépression, agressivité et difficultés de communication sont les problèmes les plus fréquents. 

Chacun perçoit le bruit de manière très subjective et en fonction de nombreux facteurs: la personnalité, l'âge, le bien-être psychique et physique, le vécu sonore, le moment de la journée et les facteurs acoustiques qui définissent le bruit. 

Commentaires

  • Merci !

  • Vous avez raison. En fait tout le monde est touché par le bruit, sauf les autorités. Eux, ils sont sourd et n'entendent pas les citoyens.

    C'est le résultat d'une politique à court terme sans vision d'un développement de la ville pour le bien-être du citoyen.
    La ville est considéré comme un clapier, une réserve de travailleurs pour l'économie. J'exagère, mais je ne suis pas loin.

    Les autorités parlent d'immeubles à construire, de circulations, mais pas de bien-être. Comme si la vie d'un citoyen s'arrête à obtenir un appartement, un travail et le reste est mineure.

    Parler de pollution, de bruits, de bien-être, c'est mettre en péril le développement des villes, d'un pays, et ça rend sourd les autorités, et c'est très lucratif pour le monde de la santé qui n'en demande pas tant.

  • La tranquillité est devenu un luxe que seules de rares personnes peuvent encore s'offrir et pourtant elle est indispensable à notre équilibre. Certains voyous s'autorisent à faire du bruit et mettent en péril nos organismes pour se faire plaisir, montrer qu'ils existent, s'enrichir par l'utilisation d'engins bruyants ou encore conditionnent nos vies et nos âmes par des appels sonores ne respectant ni les lieux ni les heures. Même l'Etat et j'en fait la triste expérience autorise des installations non conformes, tout cela sans qu'aucune sanction ne soit appliquée. Le bruit coûte des milliards en santé publique, comme la fumée et l'alcool, à la différence prêt que pour les deux dernières elles résultent du choix de leurs consommateurs. Le droit au calme devrait être écrit dans la constitution tant il est vital de pouvoir en jouir.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel