Sommes-nous tous des démocrates ?

Le capitalisme et le néolibéralisme ne sont pas les seuls responsables du démembrement de nos institutions.

Il y a aussi l’extension du pouvoir et du domaine d’action des tribunaux. Des causes et des luttes variées, incluses celles issues des mouvements sociaux, sont de plus en plus souvent amenées devant des tribunaux, où des experts en droit jonglent sur des décisions politiques dans un langage si complexe et obscur qu’il ne peut être compris que par des légistes spécialisés.

Et en même temps les tribunaux ont dérivé, ils ne décident plus de ce qui doit être interdit mais de ce qu’il faut faire.

Ils sont passés d’une fonction limitative à une fonction législative qui usurpe la tâche classique de la politique démocratique.

S’il est vrai que le règne de la loi est un important pilier de la vie en démocratie, le gouvernement des tribunaux est une subversion de la démocratie, qui inverse l’essentielle subordination du judiciaire au législatif dont dépend la souveraineté populaire.

 

Commentaires

  • Effectivement le plus gros facteur de decredibilisation des institutions n'est pas le capitalisme ou le neolibéralisme. C'est la deconnexion entre l'ideologie des partis politiques et les priorités de la population

  • 100% d'accord, le pouvoir des juges est devenu trop important puisqu'un avis devient force de loi et donc contraignant pour un Etat
    Or le sens de la loi ne doit pas être supplanté par des avis personnels de quelques personnes, c'est anti-démocratique. Il y a un réel problème d'un pouvoir au main de quelques personnes qui devient presque le réel pouvoir.

    Au lieu de créer des jurisprudences à partir de loi existante, lorsque ces lois sont contraignante pour un Etat, il serait sage de renvoyer à l'Etat, au parlement pour mieux définir les lois en rappelant le pourquoi de sa création.

    Au US, c'est encore plus frappant. Les juges deviennent plus important que les représentant du peuple. En Suisse nous avons la chance en tant que peuple votant, de limiter les excès.

    Il manque un mécanisme de contrôle sur les juges. Ceux-ci contrôlent à raison l'Etat, mais personne ne contrôle leurs décisions. Ce n'est pas bon pour la démocratie.

  • Quel sens donnez-vous à « démocrates »?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel