25/05/2018

Eh bien non !

Quand j’écoute les analyses de certains commentateurs politiques dans les jours qui suivent une élection, j’ai l'impression que tout était prévisible dès le départ…

Ils ne sont jamais surpris.« Le message de l’un était trop libéral, l’autre trop sécuritaire, et trop étatiste pour le troisième.
Ils n'avaient pas su répondre aux attentes des électeurs, etc. »

Eh bien non !

Bien sûr que le message est important.
Les qualités intrinsèques d'une candidature aussi sont importantes.
Mais plus que tout cela, c'est la capacité du candidat et de son équipe à mettre en forme un discours et à transformer des défauts en atouts qui déterminent véritablement l'issue d'une élection.

Lors du choix, les électeurs doivent se prononcer sur une vision de l'avenir qui pourra conduire à de véritables changements dans leur mode de vie, ils ne pardonneront pas à un candidat son inconsistance, qu'elle soit prouvée ou supposée.

Pendant des années, les ressources vitales d'un parti politique en période d'élection ont été les hommes et l'argent. Désormais et de plus en plus, ce sera l'information, et la transformation de cette information.

Et c'est là que le marketing politique intervient.
Chaque équipe doit mettre toute son énergie au service de la victoire.
Mais dans une campagne électorale la première impression compte plus que tout autre. Il faut éviter de mettre la tactique avant la stratégie, il faut avoir de la rigueur dans les thèmes abordés et dans la manière de le faire (pas trop de thèmes ou d'angles d'attaque différents), il faut maîtriser parfaitement les techniques de la communication politique et établir une stratégie publicitaire plus présente...
Il ne faut pas donner l'impression de vouloir satisfaire tout le monde, avec comme conséquence attendue de ne satisfaire personne.
Si une telle méthode est vouée à l'échec en marketing commercial, elle l’est encore plus en marketing politique.

L’utilisation des techniques de e-marketing n’a pas besoin de moyens énormes pour créer un site internet interactif et la maîtrise de ces techniques apporte un avantage certain.
Si internet est un outil formidable de segmentation des messages à travers le marketing direct, il est aussi un forum d'expression du contre-pouvoir détenu par la société civile.
En ciblant leurs messages d'une manière plus précise et plus pertinente, les candidats réussiront à atteindre des électeurs qui jusqu'à présent ignorés des grands partis parce que difficiles à atteindre.

Commentaires

S'il avait été élu, François Bayrou aurait formé une équipe comprenant en son sein des représentants de chaque parti non au service non d'eux-mêmes mais du pays: Economie, Social, Santé, Ecoles, etc.

Aujourd'hui Il estime que les Français qui ont perdu confiance pratiquement en tout doivent se "redresser".

Un trou de ver est une étoile "affaissée" sorte de tunnel permettant de relier un endroit à un autre.
Cette sorte de tunnel évoque nos tunnels: on y entre en voyant de loin comme un trou noir en attendant d'apercevoir au loin certain trou blanc annonciateur de la sortie du tunnel.

Pour les élus, responsables, travailleurs sociaux, etc., comme pour nous tous une bonne démarche consisterait à s'accorder sans rien forcer chaque jour un quart d'heures de méditation.

Se détendre, assis tranquille
Bien respirer (par le nez)
Fermer les yeux

se reposer mais également comme un oiseau qui se pose sur une branche, un oiseau qui se rebranche

une fois rebranché: "branché"!

comme après une panne de courant.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 25/05/2018

P.S.

Précision: s'il avait été élu les personnalités formant l'équipe autour de François Bayrou provenant des divers horizons politiques devenaient hors partis au service seul de ces causes que sont l'écologie, le social, etc.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 25/05/2018

Les commentaires sont fermés.