Avons-nous encore la liberté de penser ?

Admettons qu’il soit possible d’étouffer la liberté des Hommes et de leur imposer le joug, à ce point qu’ils n’osent pas même murmurer quelques paroles sans l’approbation du « Chef ». Jamais, à coup sûr, on n’empêchera qu’ils ne pensent selon leur libre volonté.

Les Hommes penseront d’une façon, parleront d’une autre, que par conséquence la bonne foi, vertu si nécessaire à l’Etat, se corrompra.
L’adulation, si détestable, et la perfidie seront à l’honneur, entraînant la fraude avec elles et par suite la décadence de toutes les bonnes et saines habitudes.

Bien entendu que je ne parle pas des flatteurs et autres gens sans vertu et sans énergie, mais de ces citoyens qui doivent à l’intégrité, un esprit plus libéral et plus élevé.

Commentaires

  • Très bonne question ! mais au fait apprend-on encore à penser ou réfléchir avant d'agir
    Le simple fait de penser pour certains doit sans doute signifier se fatiguer inutilement
    Il suffit de voir le foutoir que représente Faces de boucs
    Bonne journée

  • @lovejoie
    Je me réjouis de voir que vous attirez l'attention, utilisant le verbe "se fatiguer" sur la somme de travail et souvent d'abnégation qu'exige l'acquisition et l'élaboration d'une pensée quelque peu approfondie.

  • Penser nous en avons la possibilité

    penser à haute voix

    déjà plus délicat


    Mais le plus extraordinaire

    ayant pensé à haute voix

    est que les gens qui se retourneront contre vous

    seront ceux pour lesquels ou en faveurs desquels

    vous entendiez lutter

    souvent ...

  • Vous l'avez trouvé tout seul ?

  • Excellents commentaires de lovejoie et de Mère-Grand. Rien à ajouter.

Les commentaires sont fermés.