14/04/2018

Plurielle, ouverte ou positive...

Laïcité «plurielle », «ouverte» ou «positive», cette diversité terminologique cache mal certaines ambiguïtés, et se refuse, au nom de la liberté, à distinguer entre traditions culturelles et doctrines religieuses qu’elle place sur un pied de stricte égalité.

A côté de ceux qui, sincèrement, souhaitent redonner sa pleine efficacité à une vieille idée neuve. D’autres pensent le temps venu de reconsidérer ses fondements. 

Or, il est nécessaire d’aller y voir de plus près. Il n’est pas possible de taire ce que symbolise le port du voile islamique pour des femmes musulmanes, pas plus que n’est acceptable la remise en cause, pour des motifs religieux, des législations émancipatrices sur l'avortement ou le mariage de personnes du même sexe.  

Voir dans des comportements à justification religieuse une simple affirmation d’identité conduit à abdiquer devant le réel, fut-il frotté d’obscurantisme, et prive la laïcité de son exemplarité libératrice.  

La revendication de la liberté religieuse n’a pas le même sens exprimée par des Eglises ou conçue comme l’une des conditions de la laïcité.  

Ce que cherchent les Eglises, appuyées sur un partenariat avec les autorités de l’Etat, c’est la reconquête d’un espace de conviction.  

 

Une recolonisation tolérante, inscrite dans un pluralisme religieux assumé, mais potentiellement destructrice du seul vrai pacte laïque, celui conclu entre citoyens égaux.

Commentaires

Non seulement nombre d'Occidentaux ne croient plus en leurs valeurs, il ne savent même plus qu'ils en ont, encore moins ce qu'elles sont.
Même en France, d'où nous vient le "Liberté, égalité, fraternité" de la Révolution, et qui a été active dans la rédaction de la "Déclaration universelle des droits de l'homme" on entend de la part de quelques "intellectuels" et autres politiciens des âneries qui montrent qu'ils seraient prêts à se soumettre à ce que d'autres, déjà soumis à des dogmes religieux d'un autre temps, sont tout à fait certains d'être des "valeurs".
Le prétexte, car cela ne mérite pas d'être appelé une raison, est souvent que nos valeurs ne sont pas appliquées autant et comme ils le désirent. Comme si l'existence de la guerre à travers les âges devaient nous empêcher d'avoir la paix comme idéal.

Écrit par : Mère-Grand | 15/04/2018

L'incroyable acceptance en faveur de dictateurs, d'une telle masse de "citoyens" qui se croient titulaires d'une "éducation avancée" en nos pays, a de quoi faire peur.

Malgré le Droit international, l'ONU, son Conseil de Sécurité, les conventions internationales ratifiées sur l'interdiction d'usage d'armes chimiques, les conventions internationales contre l'invasion militaire, ou pour la protection des civils lors de conflits ou de guerres,
Il y a le droit de veto, dont le russe. Il y a l'invasion de la Syrie par Putin.

Quand l'histoire se répète, aujourd'hui face à envahisseurs de la Syrie dans un jeu criminel, je parle du soutien sur ces blogs en faveur du cynique Putin qui n'a aucune stratégie autre que son jeu de poker-assassin contre nos démocraties mondiales - ce dont ne se prive pas le dictateur chinois & nouvel empereur à vie en titre, Xi-Jinping.

A ces individuels ignares sans mémoire, croyants en leur pouvoir d'expression sur click, les leçons des tergiversations françaises 1941 contre le nazisme ne servent à rien

- Churchill avait ironisé aux français: "Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre". Sauf que les français, pleutres et couards, ont préféré leurs collabos, et laissé la sale guerre et les morts, aux américains et à leurs alliés.
Aujourd'hui persuadés d'avoir fait la guerre au nazisme, les français n'ont pas gardé mémoire de leurs guerres d'Indochine (Indochine = Vietnam, où pendant le vrai Mai 68 aux US, contre le Vietnam, les US prenaient la relève des défaites militaires françaises) .

En retard de plusieurs générations sur tous domaines, les français d'aujourd'hui gomment leur passé de collabos avec les nazis, leurs invasions et essais nucléaires meurtriers en territoires africains et d'Outre Mer, leurs guerres hors sol en Indochine, Syrie, Liban, Algérie etc. Autant d'invasions et guerres qui semblent lettre morte, au vu de la masse d'ignares entretenus sur Genève par nombre de scribes-bloggeurs TdG, bêtement et crassement pro-Putin/contre US.

Les populations gazées n'attendent pas que des commissions d'enquêtes internationales prouvent l'origine des responsabilités.

Responsabilité des signataires ayant ratifié la Convention Internationale de l'ONU sur l'interdiction de l'usage d'armes chimiques contre les civils, ayant signé et ratifié le droit international des populations civiles en cas de conflits et guerre. La Russie est signataire, la Syrie non. Mais la Russie a placé Assad sous son téléguidage, et l'a armé.

Erdogan, ce nazillon turc, mégalo dictateur, a profité de l'effet de souffle Putin pour envahir la Syrie et y génocider les kurdes - ce que ce malade va poursuivre à Edlib et au-delà, jusqu'à s'emparer des territoires kurdes autonomes sis en Syrie.
Que fait l'Otan avec ce malade?.

Combien de temps encore. A mourir sous le joug de ces malades du pouvoir d'un côté.
A vomir, face à l'impuissance des représentants payés par leurs citoyens, pour siéger dans nos institutions internationales,
un jour créées par quelques uns, au sortir de la dernière guerre mondiale, dans un consensus du "plus jamais ça".

Écrit par : divergente | 15/04/2018

Les commentaires sont fermés.