30/07/2017

En avant-première mon discours du 1er aout. La Suisse existe !

La Suisse existe ! Elle se développe. Elle bouge. Elle avance. Nos quatre cultures montrent notre volonté de "vivre ensemble", d'aller à la rencontre des autres... La Suisse est ouverte au monde entier !

Certains imaginent que les temps anciens étaient meilleurs et que célébrer la Suisse c’est rêver d’un monde harmonieux et simple où tous les problèmes trouvaient une réponse facile.

Or, la réalité est bien différente, notre avenir ne peut se limiter à conserver ce que les générations précédentes ont construit. Chaque génération doit réinventer sa manière d’être suisse, mais les souvenirs du 1er août, de ces moments de bien-être collectif, nous aident à vouloir participer à l’effort commun pour faire de la Suisse un pays où toutes les générations vivent bien.

Une grande partie de ces défis se posent aujourd’hui à l’ensemble des pays industrialisés. Dans de nombreux cas, ils nécessiteront que nous renoncions à certaines choses. Or, cette perspective inquiète de nombreux Suisses.

A l’affaiblissement du lien social, il nous appartient d’apporter nos réponses. Nous nous sommes donné pour devise «Un pour tous, tous pour un». Se pourrait-il que nous l’abandonnions alors que la Suisse est devenue, grâce au travail de ses habitants et grâce à l’ingéniosité de ses entreprises, un des pays les plus riches du monde?

Il y a quelque temps, on m'a demandé : « Que fêtez-vous le 1er août ? » J'ai répondu: "l'anniversaire de mon pays. Dans mon pays, je suis chez moi. C'est là que vivent ma famille et mes amis. Dans mon pays, je me sens bien. Je peux donner mon avis et participer aux décisions. Mon pays, c'est la Suisse !

 

Discours écrit avec "l'aide" de Ruth Dreifuss, Adolf Ogi, Samuel Schmid et Pascal Couchepin.

Commentaires

Eh ben en voilà du beau monde pour pondre cinq petits paragraphes insignifiants. Au moins on découvre à quel point vous être branché.
Mais comme d'hab', vous ne publierez pas mon commentaire. Pas grave.
Bonne route et joyeux 1er août.

Écrit par : Pierre Jenni | 31/07/2017

De plus en plus nombreux ceux qui estiment que le Ier août se résume à lancer fusées et pétards... griller des saucisses

en ignorant qu'autrefois notre Fête nationale comprenait en outre le feu écoutés avec respect, donc, silence les discours des syndic, pasteur ou curé.

Un ou deux autres invités.

La Fête autour du feu se terminait par le chant de la prière Seigneur, accorde ton secours... au beau pays que mon cœur aime(...( Tu m'as dit d'aimer... j'obéis
Seigneur, protège mon pays

et, qui le croira: nos yeux s'emplissaient de larmes... ce qui porta chance à ce pays non vulgaire mais honnête et travailleur.

Terre haute et féconde(...) dans l'azur qui se dresses-toi (sans honte) loin des combats(...) Peuple des bergers que "nul ne peut soumettre par l'épée ou par l'or" (aujourd'hui on ajouterait et pétrodollars!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 31/07/2017

Je constate avec satisfaction que dans les paroles de notre nouvel hymne national, il n'y a plus aucune référence à Dieu.
La Suisse est un État laïque.

Écrit par : M. Jelmini | 31/07/2017

Oui et si on lit le titre en vitesse cela donne Suisexiste
Bonne journée

Écrit par : lovejoie | 02/08/2017

Un Dieu juste et fort pose problème mais en d'autres croyances les mondes heureux sont proches du Divin les autres, éloignés, sont en situations prêchées autrefois "symboliquement" d'enfer, de purgatoire ou de paradis.
Le bouddhisme enseigne que nos naissances heureuses ou non sont en rapport avec nos vies antérieures---ceux qui crieront le plus fort stupidité ou superstition ne sont pas forcément les mieux informés.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/08/2017

Je savais que les cantons de Genève et de Neuchâtel étaient laïcs, mais pour les autres, je tombe des nues.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 02/08/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.