30/05/2017

Un État solide...

L’évolution récente de la politique oppose avec une intensité accrue un Etat fort à un Etat light.
Mais il existe à la conjonction de ces deux organisations ; l’Etat solide qui s’écarte à la fois du néolibéralisme et du collectivisme.
Un Etat solide souligne la fonction organique des communautés médianes qui ordonnent les activités particulières vers un but social sans user de la contrainte étatique.

Aujourd’hui, l'Etat, doit accomplir une mutation et vivre avec son temps. Il faut redéfinir sa mission.
Il faut donner aux services publics les moyens humains et matériels de faire correctement leur travail.
Il faut investir beaucoup plus dans la recherche et l'innovation pour préparer l'avenir puisque le fonctionnement à court terme du marché ne permet pas les choix à long terme.

Il faut libérer les énergies, encourager le goût d'entreprendre, pousser les entreprises à faire preuve d'audace et de créativité.
Le service public doit apporter les formations professionnelles qui permettront de changer d'emploi sans dommage, de rebondir ou de se reconvertir avec l'assurance d'un filet de sécurité et d'un accompagnement individuel de qualité. Il faut mutualiser les risques entre les salariés et les entreprises.

Pour accomplir cette mutation il faut un Etat solide, ni plus ni moins.

A nous de maintenir et de renouveler une pensée qui associe la responsabilité et la liberté, de conserver la substance d’une pensée qui incorpore l’élan de la créativité et de la responsabilité personnelle, de reconnaître la fonction suprême de l’Etat que s’il consolide les forces en respectant leur autonomie.

Commentaires

Bonjour, permettez que simple citoyen CH je rebondisse sur votre sujet

La jeune République et Canton de Genève ne peut s'affirmer "solide" en l'état

quid de ses ramifications non consolidées par consensus citoyen helvétique mais financées par ses citoyens,

de l'entité juridique de ce grand-Genève,

quand l'ensemble de ses missions régaliennes de Genève sont gérée pour partie ou aux mains d'agences françaises (RATP-TPG UNIRESO) chapeautées sous le nom de grand-Genève

Pour l'instant, aucune procédure suisse légitimant la légalité des agences françaises du grand-Genève n'a été engagée, en respect de la constitution fédérale, pour soumettre sa légitimité en votation aux citoyens genevois suisses.

Alors que de plus en plus d'agences françaises (dont parisiennes, cf RATP dans les TPG) sous 'entité "grand-Genève" s'introduisent de plus en plus dans les obligations régaliennes de l'Etat de Genève, exigent d'énormes financements en leur faveur, de la part des contribuables genevois et suisses, de façon exponentielle, et extrême car hors cadre suisse légitime.

Écrit par : divergente | 30/05/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.