06/10/2016

Manipulation de l’obsession sécuritaire.

L’axiome selon lequel les espaces du racisme s’élargissent à mesure que l’identité nationale se contracte est confirmé dans un nombre grandissant de pays.

Ce constat invite à s’interroger sur les stratégies antiracistes actuelles dans un contexte marqué par une suspicion grandissante à l’égard de nouvelles catégories de « personnes à risques» rendu paradoxalement permanent à travers la manipulation de l’obsession sécuritaire.

L’essentiel n’est pas de trancher entre les thèses des communautariens et celles des libéraux, mais d’être conscient des possibles dérives du discours sur le droit à la différence quand celui-ci ne sert qu’à masquer un banal racisme.

Commentaires

Ce qui favorise le racisme est le flou. L'impossibilité d'identifier un islam adapté à l'occident rend méfiant, ou les dealers de drogue en partie africains qui favorise une association africain = drogue.
Une forte migration dans une période courte favorise aussi.

Les démocraties doivent éviter l'amalgame entre communauté et délits. Mais elles font souvent le contraire en ayant peur de stigmatiser une communauté. Et parfois, de l'autre côté, par communautarisme, l'erreur d'une solidarité malvenu.

Idéalement, dans ces 2 exemples, il faudrait interdire le salafisme et autre mouvement facho religieux et dans le 2eme cas, après la prison, l'expulsion pour les trafiquant de drogue, même mineure.

Le but est de ne plus lier une communauté à des délits. Ainsi, pour cette partie de population irrité, en dehors des racistes pur et dur, le musulman ne sera plus identifier par sa religion, et la couleur de peau par un trafic de drogue.

Il y a déjà eu des communautés lointaines venues se réfugier en Suisse. Le racisme avait été très mesuré parce qu'il n'y avait pas d'identification à une criminalité.

En résumé, il ne faut pas prendre des gants envers des criminels ou facho-religieux, afin qu'une communauté ne souffre pas de la délinquance, de la réputation de certain des leurs.

Écrit par : motus | 06/10/2016

Excellent article ! en effet depuis la mise en service de la taxe au sac et différents autres paramètres pour compliquer la vie de tout le monde plus encore une fusion tout ceci au nom de l'environnement qui depuis s'est bâti de plus en plus c'est chacun chez soi et bye bye à la vie collective
On ne peut obliger des citoyens responsables et représentant tout de même une catégorie d'humains ,tous ayant appris à se débrouiller très jeunes ,chefs de famille sans oublier toute leur aide apportée pour secourir par monts et vaux depuis la fin de la guerre, à se rallier à un monde de plus en plus biscornu et désolidarisé qui a peur en plus de la vieillesse et qui donne des ordres coutant très chers à la collectivité Le plus souvent inutiles sauf pour d'éventuels placements en bourses prenant feu ce qui montre bien la vacuité du jeu pour lequel ils sont nombreux à vouloir nous convier
Même pas en rêves disent ceux nés en 44!
très bonne journée

Écrit par : lovejoie | 09/10/2016

je me permets d'ajouter ceci :les seuls vrais liens tissés depuis la fin de la guerre et qui perdurent pour bien montrer aux autorités qui elles ne respectent pas leurs mots d'ordres comme il faut sauver les petits commerçants du lieu sont justement avec ces commerçants là qui ont à cœur de respecter le mot sociable qui ne doit jamais se délier du mot serviable
C'est d'ailleurs ces deux qualités là qui ont fait et qui font encore la force des petits commerces qui n'attirent pas leur clientèles par des attrape nigauds collectifs qui au finish sont beaucoup plus couteux pour le client que s'il allait chez l'épicier du coin
Merci pour Votre blog

Écrit par : lovejoie | 09/10/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.