14/09/2016

L'immigré, plus qu'un agent économique

Après avoir longtemps été perçu comme un agent exclusivement économique, l’immigré et ses descendants, sont considérés comme des acteurs culturels et religieux qui, selon les interprétations, enrichit notre culture ou la met en péril.

Ainsi toute demande de reconnaissance culturelle et religieuse émanant des populations d’origine immigrée est perçue avec scepticisme. On redoute qu’il s’agisse d’attaques masquées contre l’État laïc.

Il est vrai que des revendications culturelles et religieuses (par exemple lieux de culte, parcelles dans les cimetières) émanent des populations d’origine immigrée. ,

Cela dit, ces revendications sont le signe d’une intégration et d’une volonté de participation à la société.

Toutefois, s’il ne faut pas exagérer l’importance et la portée de ces revendications, il est tout aussi dangereux de ne pas prendre en compte les formes diverses du radicalisme religieux en Suisse.

Commentaires

C'était juste pour faire avancer le Scmilblik, ou quoi ? Sinon il est évident que notre culture et nos libertés vont en prendre un coup. La question c'est de savoir si ça en vaut le coût. Personnellement si je dois renoncer aux acquis de notre société évoluée et égalitaire pour faire plaisir à ceux qui devraient remplir nos caisses mais qui à mon avis vont plutôt les vider alors je dis non. Je préfère me serrer la ceinture que de ne plus me reconnaître dans mon propre pays.

Écrit par : norbert maendly | 14/09/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.