29/12/2015

Montesquieu insistait sur la séparation des pouvoirs

Aujourd’hui, les attributions de l’Etat se sont considérablement étendues: elles englobent des pans entiers de la sphère sociale et interpellent beaucoup plus étroitement la vie économique.


L’Etat a donc été amené à multiplier les contrôles de nature formelle et de tolérer le développement de pouvoirs de fait, vastes, arbitraires et largement capillarisés dans la société.


Cette évolution n’est nullement condamnable en soi, mais elle implique une technicité accrue des interventions, que le personnel habituel, fauteur et bénéficiaire, n’est pas en mesure de prester, puisque il n’a pas été sélectionné pour ses compétences mais pour sa fidélité à des slogans, des doctrines simplistes ou une camaraderie de mauvais aloi.


Montesquieu insistait sur la séparation des pouvoirs, idéal à atteindre pour garantir les libertés citoyennes. En abattant toutes les cloisons entre ces pouvoirs, la partitocratie a annulé la démocratie au sens où il l'entendait.


Par rapport à l’idéal démocratique, la partitocratie constitue donc une régression. Et non, comme elle le prétend trop souvent, son accomplissement définitif.

Commentaires

Attendez un peu que les socialistes s'unissent au FN !

C'est reparti comme en 40 !

Écrit par : Corto | 30/12/2015

pas compris: vous parlez de l'esprit des lois certes, mais en France ou dans la constit de l'Etat de Genève ? le doute est permis :-(

anyway, à une meilleure 2016 !

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 31/12/2015

Les commentaires sont fermés.