08/01/2014

«le judicaire est poussé en première ligne par des institutions politiques en voie de décompositions»

Le pouvoir judiciaire s’affirme de plus en plus dans nos démocraties modernes. 

L’apparition d’un contre-pouvoir juridictionnel est reconnue par plusieurs auteurs ; ainsi, peu à peu, au terme d’un processus d’affirmation, puis d’émancipation, le juridictionnel aurait accédé, au statut de pouvoir.  

Un pouvoir comparable au pouvoir exécutif et législatif ; dans un système démocratique, le juge, porté par la doctrine et l’opinion publique, posséderait une faculté d’empêcher et une faculté de statuer.  

La montée en puissance des juges vint renforcer ce soupçon de « gouvernement des juges ».  

C’est le fait que les juges ont en charges des litiges à caractère collectif et non plus simplement individuel : de véritables questions de société et non des différends entre particuliers, ce qui accentue le caractèrepolitique-au sens des affaires de la cité-de leur intervention.  

Et comme l’écrit Paul Ricoeur : «le judicaire est poussé en première ligne par des institutions politiques en voie de décompositions».

Commentaires

Exact.

L'"affaire de la quenelle" qui succède à l'affaire Dreyfus il y a plus d'un siècle en est l'exemple typique.

Ecran de fumée pendant que la France atteinte par la lèpre se décompose.

Écrit par : anonymat sous peine de mort | 09/01/2014

Intéressant. Merci.

Écrit par : Mère-Grand | 09/01/2014

Les commentaires sont fermés.