29/05/2013

Valorisation du point fiscal à Genève

Les multinationales sont attirées à Genève par un régime fiscal de 11.6% au lieu de 24.2%, en effet, le système fiscal suisse permet aux cantons de prévoir un taux spécial pour ces entreprises.  

Cette politique fiscale à deux vitesses est proscrite par le droit européen, et l’union européenne met donc la pression sur la Suisse pour trouver un accord avant la fin de l’année.  

David Hiler propose un taux unique à 13%, et les discussions politiques vont bon train : certains proposent 18%, d’autres 16% ou 17%...  

Je pense qu’avant d’établir un taux d’imposition, nous devrions définir la valeur fiscale des atouts de Genève (principaux retenus par la promotion économique du canton) :  

Stabilité politique 0.89%,
Infrastructure efficace 0.69%,
Localisation idéale et accès facile 0.61%,
Qualité de la vie, loisirs et offre culturelle 0.52%,
Personnel hautement qualifié 0.33%,
Education et formation 0.22%,
Atmosphère internationale 0.17%,

soit + 3.4 points de valeur fiscale, que qui nous amène à un taux de 15%, un compromis qui devrait être acceptable pour les acteurs politiques, entre le 13% de David Hiler et le 18 % articulés par les Socialistes.

Commentaires

Intéressant. Merci à l'avenir de préciser le mode de calcul des points et quelques liens qui nous permettraient de comparer avec nos principaux concurrents. Singapour par exemple.
Il est en outre dommage et dommageable de joindre la qualité de vie exceptionnelle à Genève avec l'offre culturelle qui reste très moyenne si je me réfère aux chiffres donnés par Présence Suisse.
J'aime bien vos billets courts et parfois lapidaires, mais lorsqu'il s'agit de donner des chiffres, vous ne pouvez rester aussi succinct.

Écrit par : Pierre Jenni | 01/06/2013

Les commentaires sont fermés.