29/04/2013

Quand l’État cesse d’être l’incarnation de la souveraineté du peuple

Le néolibéralisme comme rationalité politique a lancé un assaut frontal contre les fondements de la démocratie libérale, détournant ses principes (constitutionnalité, égalité devant la loi, libertés politiques et civiles, autonomie politique, universalisme) vers les critères du marché, les ratios coûts/bénéfices, l’efficacité, la rentabilité.

Cette rationalité néolibérale façonne chaque être humain, chaque institution, y compris l’État, sur le modèle de l’entreprise, et remplace les principes démocratiques par ceux de la conduite des affaires dans toute la vie politique et sociale.

Et c’est ainsi que l’État cesse d’être l’incarnation de la souveraineté du peuple pour devenir un "système où se traitent des affaires".

10/04/2013

Ça fait peur !

La vidéosurveillance fait peur ! Dans ces conditions, comment garantir la protection des libertés individuelles ?

Il faudrait se doter d'un collège d'éthique de la vidéosurveillance dont la mission principale serait d’encadrer et définir les bonnes pratiques, de veiller à l'application de la charte (encore à écrire), de recevoir les doléances et d'informer les citoyens. Il pourrait également examiner l'opportunité des nouvelles installations…

De cela les responsables de notre sécurité n’en parlent pas !

Auraient-ils peur d’un « contrôle » citoyen ?

09/04/2013

Pragmatique par ici, pragmatisme par là..

Le terme « pragmatique » s'est répandu et le discours politique en est agrémenté. Partout on en parle mais il est rarement bien compris.

 

De toute évidence, le terme est commode pour rassembler sous un même nom certaines tendances qui étaient dispersées jusqu'à présent. Il est passé dans le langage courant.


Mais il n'y a absolument rien de nouveau dans la méthode pragmatique. Socrate l'utilisait en expert, et Aristote en avait fait sa méthode.

 

La méthode pragmatique est avant tout une méthode de résolution des débats qui sans cela seraient interminables.

 

Elle se détourne des solutions abstraites et insatisfaisantes, des fausses raisons, des principes figés, des systèmes clos.

 

Elle se tourne vers ce qui est concret et pertinent, vers les faits, vers l'action.

 

Cela signifie une ouverture aux possibilités et contre ce qui est dogmatique, artificiel et prétend détenir la vérité ultime.

10:12 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)