29/04/2013

Quand l’État cesse d’être l’incarnation de la souveraineté du peuple

Le néolibéralisme comme rationalité politique a lancé un assaut frontal contre les fondements de la démocratie libérale, détournant ses principes (constitutionnalité, égalité devant la loi, libertés politiques et civiles, autonomie politique, universalisme) vers les critères du marché, les ratios coûts/bénéfices, l’efficacité, la rentabilité.

Cette rationalité néolibérale façonne chaque être humain, chaque institution, y compris l’État, sur le modèle de l’entreprise, et remplace les principes démocratiques par ceux de la conduite des affaires dans toute la vie politique et sociale.

Et c’est ainsi que l’État cesse d’être l’incarnation de la souveraineté du peuple pour devenir un "système où se traitent des affaires".

Commentaires

Je suis entièrement d'accord avec vos propos. Ils rejoignent mes interrogations parues dans mon blog de ce jour.

Écrit par : Sermet Gérard | 29/04/2013

synthèse réaliste. version 2.0: cf fonctionnement de l'ONU, UE, G21 & consorts,
votre formule conclut d'elle-même par "l'Etat, système AU SERVICE du traitement des affaires"

Écrit par : Pierre à feu | 29/04/2013

Les commentaires sont fermés.