14/12/2012

Classe moyenne ; quelques chiffres (suite)

 


Si en 2003 la classe moyenne était composée de 66'227 personnes (contribuables) en 2009 elle comprenait 62'125 personnes (-6%) pour un revenu imposable moyen de CHF 156'000.-


Et pendant ce temps, la classe « supérieure » est passée de 5'979 personnes à 9'073 (+52%) pour un revenu imposable moyen de CHF 600'000.- tandis que la classe « inférieure » augmentait de 8.2% à 145'944 personnes pour un revenu imposable moyen de CHF 45'257.-

11/12/2012

Le véritable enjeu politique, la classe moyenne

La classe s’installe au cœur du débat politique, elle est très courtisée par les partis politiques, certains n'hésitant pas à se proclamer partis de la classe moyenne.


L’utilisation de la notion de classes moyennes n’est pas neutre et implique une certaine lecture de la réalité sociale.


Car le comportement politique de la classe moyenne varie beaucoup, une partie d'entre elle vote à gauche, l'autre à droite.


Et le sentiment d'appartenance à la classe moyenne est très subjectif, et les gens ont tendance à tous vouloir se situer dans cette classe.


Il n’existe pas de définition « objective » des classes moyennes. Libre à chacun de placer la barre où il l’entend.

Pour ma part, la classe moyenne se situe entre les 30 % des salaires les plus bas et les 20 % des personnes les mieux rémunérées, soit 50 % de la population.


06/12/2012

la peur, outil de gouvernement

 

Nos gouvernants, mieux que tout autre, ont toujours su que la peur est le meilleur moyen de convaincre. Ils la cultivent et l’exploitent.

Que ce soit pour détourner l’attention, pour justifier plus de taxes ou pour faire accepter une législation impopulaire, ils peuvent toujours compter sur un événement dramatique annoncé.

Ils exploitent la peur pour soumettre.

S’il est vrai que les démocraties modernes dépendent de l’opinion publique, il est aussi vrai que celle-ci est largement dictée par la peur.

En maintenant les populations dans un état d’appréhension constant, l'État gruge les libertés au profit d’une bureaucratie gouvernementale.

Et malheureusement, les populations acceptent à peu près tout ce qui leur est imposé graduellement…