11/12/2012

Le véritable enjeu politique, la classe moyenne

La classe s’installe au cœur du débat politique, elle est très courtisée par les partis politiques, certains n'hésitant pas à se proclamer partis de la classe moyenne.


L’utilisation de la notion de classes moyennes n’est pas neutre et implique une certaine lecture de la réalité sociale.


Car le comportement politique de la classe moyenne varie beaucoup, une partie d'entre elle vote à gauche, l'autre à droite.


Et le sentiment d'appartenance à la classe moyenne est très subjectif, et les gens ont tendance à tous vouloir se situer dans cette classe.


Il n’existe pas de définition « objective » des classes moyennes. Libre à chacun de placer la barre où il l’entend.

Pour ma part, la classe moyenne se situe entre les 30 % des salaires les plus bas et les 20 % des personnes les mieux rémunérées, soit 50 % de la population.


Commentaires

La classe moyenne... ah ca pour etre courtisée, elle l'est... plein de belles promesses en période électorale, mais après coup, on la courtise à nouveau, ou plutôt c'est son porte-monnaie qu'on courtise.

Parce que vous pensez bien... ce n'est pas politiquement correct de vouloir réformer le saupoudrage "social" à tout va ou de s'attaquer aux porte-monnaie des plus aisés.

Gentille et brave petite classe moyenne qui ne coute pas grand chose à l'Etat, lui rapporte beaucoup et qui n'a pas les moyens de s'en échapper.

Le dindon de la farce politique, la classe moyenne. Pour sûr!

Écrit par : Pierre Roche | 11/12/2012

Vous restez encore compliqué, par rapport à la nouvelle réalité des choses: il y a la classe des riches, celle des pauvres, et donc, logiquement, entre les deux, la classe moyenne. A Genève, vous en faites partie si vous avez un logement à peu près décent et que vous payez beaucoup d'impôts par rapport à ce que vous gagnez. Votre dernière phrase reste, bien entendu, tout à fait valable ;-)

Écrit par : Mère-Grand | 11/12/2012

Les commentaires sont fermés.