30/03/2012

Pour qui je vote...

La culture politique suisse est profondément marquée par le principe de proportionnalité.


Pourtant le mode de scrutin qui préside à la désignation du Grand conseil genevois, est loin de respecter le principe de la proportionnalité à cause de l'existence d'un quorum électoral.


La liberté de choix du corps électoral est donc restreinte. Soit les électeurs et électrices se résignent à un vote utile qui ne traduit pas leurs préférences politiques, soit ils renoncent à s'exprimer, ce que confirme un taux d'abstention élevé.


Le système actuel favorise les grands partis, donc ils ne sont pas motivés par l'introduction d'un article poursuivant un tel objectif
Reste l'initiative constitutionnelle dont pourrait se saisir les petites formations politiques, pour une fois unies sur une proposition.


Et profiter, aussi, de l'occasion pour supprimer les apparentements de listes qui faussent la libre expression de la volonté politique.


Pour rappel :
La Constitution fédérale garantit les droits politiques (art. 34). Cette garantie protège notamment «l'expression fidèle et sûre» de la volonté du corps électoral

28/03/2012

PLR: chronique d'un mort annoncée...Merci ADM !

Affaire à suivre...

27/03/2012

Le sénateur Robert Cramer renonce à sa « vocation » écologiste !

 

« Faut-il vraiment dépenser de l'argent », tels sont les propos tenus par « l'écologiste » genevois Rober Cramer, pour procéder à des études thermographiques afin de déterminer les zones de déperdition de chaleur des bâtiments.

 

Juste pou rappel ; 45% de l'ensemble de l'énergie consommée en Suisse est destinée aux bâtiments !

 

Evidement, c'est un postulat PDC, allez comprendre...

 

16/03/2012

« Penser à long terme, épargner pour les générations futures, sobriété et éthique professionnelle ».

Ces valeurs léguées par le réformiste protestant Jean Calvin sont encore d’actualités, 500 ans plus tard, pour sortir de la crise économique, elles peuvent servir de combustible pour alimenter le capitalisme d’aujourd’hui.
Il faut toutefois rester attentif aux nouveaux signes de puritanisme qui peuvent resurgir…
Pour rappel, Jean Calvin, s’est confronté à l’église romaine dans sa lutte contre la corruption qui gangrenait le clergé.

10/03/2012

le "scoop" de Bob

dans l'article de Marc Bretton publié par la Tribune de ce jour (10 mars), en page 13, j'apprend qu'une élection partielle devrait avoir lieu pour le Conseil administratif de la Ville entre celle de la Cour des comptes et les cantonales....

Quel autre magistrat abandonnerait son poste avant la fin de cette législature ?

07/03/2012

Toute passe, rien ne change !

 

Ça y est ! Le premier citoyen de la République descend dans l'arène clavier en avant...

Et dire que je pensais que du haut de son perchoir, le Président du Grand conseil était tenu à un devoir de réserve.

Sans doute, qu'il a gardé ses vieux reflexes de prof !

Mais bon, tout passe et rien ne change

Je dois être l'un de ces utopistes qui croient encore que la Politique est une noble fonction au Service du Citoyen et pas seulement au service d'une fraction, surtout quand on occupe la plus haute fonction de la République.

Tout doit changer ! Une autre manière de faire de la Politique doit être possible, mais le souhaitons-nous vraiment ?

Le doute s'installe...

 

05/03/2012

Politique: les banques investissent mais à l'envers du bon sens

je lis ce jour, en page 5 de la TdG, que le Crédit Suisse répartira ses dons en fonction de l'importance de la représentation des diverses fractions.
Il faut savoir que les partis les mieux représentés sont déjà les plus soutenus par la Confédération.

L'intelligence devrait obliger à procéder à une répartition inversement  proportionnelle.
Premier pas vers un rééquilibrage des ressources financières.

01/03/2012

Ethique et vidéosuveillance

 

La vidéosurveillance est un outil au service du traitement de la délinquance de proximité, mais ce n'est pas la réponse universelle à ce problème.

Gardons-nous de refuser cette aide par idéologie, car un outil est toujours neutre.

Les arguments des opposants à la vidéosurveillance :

> l'absence d'étude indépendante et sérieuse sur son efficacité concernant la lutte contre la délinquance,

> surenchère technologique pour le contrôle social des citoyens,

> glissement sémantique de la vidéosurveillance à la vidéoprotection,

> travail sur les conséquences et non sur les causes des délits et des crimes...

Je rajouterais l'absence d'indépendance du contrôle opéré sur les systèmes tandis que les nouvelles technologies permettent désormais le couplage des caméras avec des logiciels de reconnaissance faciale, des procédés de captation sonore et la géolocalisation donc le traçage des individus.

Cela fait peur ! Dans ces conditions, comment garantir la protection des libertés individuelles ?

Pour répondre à cette question, la ville de Lyon s'est dotée d'un collège d'éthique de la vidéosurveillance dont la mission principale est d'encadrer et définir les bonnes pratiques, de veiller à l'application de la charte, de recevoir les doléances et d'informer les citoyens. Ils peuvent également examiner l'opportunité des nouvelles installations...

Genève pourrait suivre la voie...