12/10/2011

Gauche/Droite - Droite/Gauche

élections.jpg

Les élections fédérales cherchent à rejouer le grand scénario de l’affrontement gauche-droite, mais il n’est pas sûr que les électeurs s’y retrouvent aussi aisément que la classe politique.


Genève, comme de nombreux cantons, est marqué par un profond mouvement de prise de distance par rapport aux allégeances politiques traditionnelles.

Ce mouvement affecte la pérennité des choix politiques ancrés dans de fortes appartenances à la droite ou à la gauche.

Au plan idéologique, le vieux clivage gauche-droite qui structure depuis des décennies les choix et les orientations politiques des Genevois connaît une crise profonde.

Si une majorité de citoyens se sent appartenir à la gauche ou à la droite, cela ne veut pas dire pour autant que ces catégories soient pertinentes pour comprendre les prises de position des partis.

Au plan social, une forte bipolarité entre la classe ouvrière et la bourgeoisie, dans les décennies 20 à 60, sous-tendait la vieille opposition gauche-droite.

Depuis, au schéma classique de lutte entre deux classes, se sont substitués plusieurs clivages traversant toute la société : sécurité/insécurité, école privée/école publique, énergies fossiles/énergies renouvelables, étrangers/nationaux immigration/intégration ou encore accès différenciés à la culture et aux ressources distribuées par l’État.

Le processus d’embourgeoisement que connaît la gauche contribue beaucoup à rendre de plus en plus indistinct le clivage gauche-droite.

Les mutations de l’appareil productif, l’étalement du phénomène d’urbanisation et l’accélération des déplacements entraînent une société de mobilité et de circulation permanente.

Ce déplacement des fondements territoriaux, sociaux, idéologiques et la représentation politique, provoque un profond malaise démocratique et un brouillage des repères.

L’univers de la droite est traversé d’une profonde fracture entre les références de la droite populaire et celles de l’extrême droite.

La constellation de la gauche est fragmentée en plusieurs cultures dans lesquelles le degré de " libéralisme culturel " ou la volonté de réforme vigoureuse des structures économiques varient profondément.

Les commentaires sont fermés.