08/09/2010

Haute fonction publique et politique sont-ils compatibles ?

A la connaissance que deux hauts fonctionnaires briguent un mandat politique d’importance, l’exécutif d’une ville, la seconde de Suisse, appelle quelques réflexions…

Tout d’abord, celui du degré d’indépendance ou, au contraire, de subordination, qui existe entre l’administration et le pouvoir politique. Ensuite, se pose la question de la place des fonctionnaires en politique et, de manière corrélative, de la relative politisation de l’administration.

Ce passage de hauts fonctionnaires vers le monde politique semble avoir mis à mal, au moins en partie, la tradition de neutralité politique de la haute fonction publique.

Il existe là une différence essentielle avec la fonction publique anglaise. En effet, cette dernière a maintenu ce principe de stricte neutralité politique du Civil service.

C’est ainsi que tout fonctionnaire qui décide de se présenter aux élections doit démissionner, non pas une fois l’élection acquise, mais dès lors qu’il fait acte de candidature. La prise de risque est à l’évidence plus grande que dans notre système.

Et Enfin, la politisation de l’administration est un problème…

Si les rapports entre politique et administration sont aujourd’hui très complexes, force est de constater qu’ils l’ont en réalité toujours été.

Les commentaires sont fermés.