02/07/2010

Si les députés sont libres, leurs votes ne le sont pas !

Aux États-Unis, le président Barack Obama a dû conquérir une à une les voix de son parti pour faire adopter sa réforme de la santé tant controversée.

En Grande-Bretagne, Tony Blair a dû gagner le vote travailliste pour obtenir un appui à « sa » guerre en Irak.

Dans ces pays il n'ya pas de discipline de vote, et chaque député est directement responsable devant ses électeurs.

A Genève, les résultats des votes sont déterminés à l'avance. Il suffit de compter le nombre de sièges pour chaque groupe, seule exception les absences.

Extrait d’un règlement «le Comité directeur pourrait sanctionner un vote contraire aux orientations arrêtées par le groupe, quand il a été fait volontairement et a été exprimé de façon explicite.
Lors des session plénières, il peut, exceptionnellement, être accordé la liberté de vote  pour des motifs de conscience».

Quelles sanctions pour les actes de félonies ?

Les commentaires sont fermés.