27/01/2010

Les recettes, financières, d’un parti politique

argent.jpg Pour un parti politique ayant des élus, la répartition des rescousses financières suit la règle des «50/50».

Pour moitiés, les recettes financières proviennent des membres et des sympathisants à travers les cotisations et les dons.

Les autres 50% sont les contributions des élus par le versement d’une quotepart de leurs jetons de présence, tant au Grand Conseil, que dans les divers conseils d’administrations d’entreprises publiques, parapubliques ou des conseil des commissions extraparlementaires

Pour un parti en création, seul peut être pris en compte les cotisations des membres et les dons généreux de sponsors, particuliers ou institutionnels.

25/01/2010

Combien coûte un parti politique ?

franc suisses.jpg

Au minimum, 300'000.- par an pour un parti avec des ambitions cantonales.

Toutefois, il faut investir en tout cas sur 4 ans, soit 1'200'000.- par législature, si l’on veut avoir une chance d’élire des candidats.

Démonstration :

Locaux : 100m2 à 300.- soit 30'000.-/an.

Personnel : 1 secrétaire central ; 120'000.-/an.

1 secrétaire administratif ; 75'000.-/an.

Campagnes électorales : 60'000.-/an, soit 240'000 pour une élection au Grand Conseil.

Actions promotionnelles : 15'000.-/an.

Voilà… c’est un total de 300'000.-

Et bien sur, j’oublie les charges inhérentes aux diverses sections communales.

On peut ajouter 20'000.-/an par section !

24/01/2010

En politique 1+1 ne font pas 2

Conseil national.jpg

Pour preuve lors des élections nationales de 2007, si le parti radical et le parti libéral avaient fait liste communes, ils n’auraient pas obtenu 3 conseillers nationaux, mais seulement 2.

Le calcul :

PRD = 7.7%, PLS = 14.8%; soit 22.5% pour le PLR.

Il aurait fait jeu égal avec l’UDC qui avec 21.5% des suffrages obtient 2 sièges.

Si par le calcul des apparentements la liste PLR avait décroché 3 sièges, ils auraient été attribué à des candidats issus de la frange libérale du PLR ; à savoir : Martine Brunschwig Graf avec 35’105 voix, Christian Lüscher avec 31’922 voix et Pierre Weiss avec 30’190 voix. Le premier radical, Hugues Hiltpold, arrive en 6ème position avec seulement 10’567 voix.

16/01/2010

Fusion radicale/libérale : l’analyse de SmartVote

Smartvote a analysé les réponses des candidats radicaux et libéraux à l’élection pour le Grand Conseil d’octobre 2009.

59 questions, abordant des thèmes relatifs à la politique sociale, la politique des migrations, la politique fiscale et des finances, la science et la formation, la société et l’éthique, la politique économique, les institutions et les droits populaires, la politique environnementale, énergétique et des transports , la justice, la police et l’armée, les dépenses, ainsi que la politique étrangère et l’économie extérieure.

Résultat : seulement 35 réponses communes, soit 59% des réponses, et pas 90% d’une vision politique partagée comme l’affirme l’appareil politique de chaque parti.

 

Diagramme radical:                      Diagramme libéral

smartspider Radicaux.png smartspider Libéraux.png

Fusion radicale/libérale : l’analyse de SmartVote

Smartvote a analysé les réponses des candidats radicaux et libéraux à l’élection pour le Grand Conseil d’octobre 2009.

59 questions, abordant des thèmes relatifs à la politique sociale, la politique des migrations, la politique fiscale et des finances, la science et la formation, la société et l’éthique, la politique économique, les institutions et les droits populaires, la politique environnementale, énergétique et des transports , la justice, la police et l’armée, les dépenses, ainsi que la politique étrangère et l’économie extérieure.

Résultat : seulement 35 réponses communes, soit 59% des réponses, et pas 90% d’une vision politique partagée comme l’affirme l’appareil politique de chaque parti.

 

Diagramme radical:                        Diagramme libéral:

smartspider Radicaux.png

smartspider Libéraux.png

 

 

 

 

 

 

 

 


08/01/2010

La démocratie n'a pas de prix mais a un coût ; celui de la transparence

loupe.jpg

Impossible de connaitre de taux de présence de nos députés lors des séances plénières, encore moins dans les commissions. Impossible de connaitre leurs votes.

L'ambition de VoteWatch est de donner à chaque citoyen genevois, la possibilité de juger sur pièces l'activité des députés.

VoteWatch c'est fixé pour objectif de fournir des éléments concrets de comparaison entre nos députés.

Pour qu'une démocratie reste vivante, ses citoyens doivent rester éveillés.

N'hésitez pas à soutenir l'action de VoteWatch en faisant un don : L'Esprit de Genève CCP 17-790237-1 mention VoteWatch